Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Maître Po


TF1 nous a offert pour les fêtes, un joli cadeau en diffusant hier soir, le dernier téléfilm de Columbo, touné en 2003.


L'épisode débute par une explication tendue entre deux associés. L'un, Justin Price, semble inquiet et s'en prend à l'autre, Tony Galper, qui, (trop ?) sûr de lui, le rassure. Ma grande connaissance de Columbo me permet de déterminer instantanément la victime et son meurtrier. D'ailleurs, Galper ne monte-t-il pas dans sa Mercedes, point commun de la quasi-totalité des coupables de cette série ? Seul hic, il décède accidentellement chez son ex-femme cinq minutes plus tard. Comme quoi, l'erreur est humaine, je serai plus prudent à l'avenir...

L'histoire s'enchaîne assez classiquement, avec un témoin de cet accident qu'il faut supprimer dans la précipitation, et un cadavre à cacher. Un scénario plutôt classique, avec des rebondissements un peu artificiels, comme le fait que Vanessa, l'ex-femme de Galper, soit la nouvelle petite amie de Justin, ou que Galper se révèle être le fils d'un chef de tous les chefs, un parrain de la mafia new-yorkaise.

Cet opus est-il un bon cru ? Honnêtement, je n'ai pas trouvé. Peter Falk a 76 ans au moment du tournage et rend peu crédible son personnage. Ils n'ont pas inventé la retraite, chez LAPD ? Cependant, il joue une parodie de lui-même, assez touchante, malgré ses cheveux blancs et son ventre bedonnant. Comme toujours, il sait au premier regard qui est le coupable, jouant avec lui comme avec une proie facile, car condamnée. Et ses relations avec l'homme de main mafieux sont savoureuses.

Alors, qu'est ce qui me dérange dans cet épisode ? C'est le coupable. Les coupables, même. Justin a beau prévoir assez finement son coup, il ne s'oppose pas véritablement à Columbo comme ont pu le faire avant lui, de grands coupables. Car c'est l'assassin, la vedette dans Columbo, autant que l'inspecteur lui-même. Cassavettes dans Symphonie en noir, Jack Cassidy dans Tout n'est qu'illusion, Janet Leigh dans La femme oubliée, Louis Jourdan dans Meurtre à la carte pour ne citer qu'eux, sont éblouissants et l'on se surprend à oublier l'intrigue, les soutenant même dans leur combat (perdu d'avance) contre Columbo. Ici, rien de tout ça. Entre Justin et Vanessa, on ne retrouve pas la complicité redoutable que l'on a déjà vue dans d'anciens épisodes entre amants ou même frères.

Seule l'astuce finale complètement inattendue permet de sauver Columbo mène la danse d'une déception certaine. Mais il faudra quand même m'expliquer pourquoi, si quatorze poissons ont besoin d'une hauteur d'1m20, neuf n'ont besoin que de 60 cm...
[Columbo mène la danse - Columbo like the Nightlife - 2003]

Commenter cet article

QG 31/10/2009 13:52


Columbo restera Columbo même si un épisode t'a semblé moins à la hauteur que les autres...j'me trompe?


Maitre Po, devin 04/11/2009 13:46


C'est vrai pour les épisodes. C'est moins vrai pour l'évolution du personnage (et surtout de l'acteur) avec le temps. J'ai un peu de mal avec les épisodes récents ;-Þ


Charlie 12/03/2006 19:32

très fan de Columbo je suis et depuis toute petite...j'ai pas pu résister j'ai acheter la 1ère saison :)

Maître Po 13/03/2006 00:45

La première saison est indispensable car les premiers épisodes, même si la série était encore en rodage, sont des perles ! J'aime bien l'épisode avec Artemus Gordon (si j'ose dire) ;-) 

la girafe tâchée 27/12/2005 20:41

J'ai cru rêver en voyant le début de ce film : c'est vraiment un Columbo ? T'es sûr ? L'action se déroule quand même essentiellement dans une boîte techno... surprenant...
C'est vrai qu'il a bien vieilli, notre gentil Peter Falk, mais on l'aime toujours. Quant à la série bizarrement intitulée "madame Columbo" : d'accord avec toi, ça n'a aucun rapport.

Maître Po 27/12/2005 23:40

Coucou GT ;-)
Columbo a toujours été à la pointe de la technologie (avec ses magnétoscopes qui pèsent une tonne et ses téléphones à fiches cartonnées), alors technologie - techno, le passage est vite fait ;-)

Rémy 26/12/2005 16:46

Comment ça "Columbo travaille en solo" ? Et sa femme alors ? Elle l'aide vachement !!!

Tiens, en parlant de sa femme, je serais curieux de voir, un jour, la série "Madame Columbo" même si, d'après ce que j'ai lu, ce n'est pas une oeuvre grandiose. Quand j'vais dire ça à ma femme...

Maître Po 27/12/2005 00:16

D'ailleurs, sa femme n'avait au début guère plus d'importance que son chien ou que sa voiture. Et elle a, au cours des épisodes, supplanté *Le chien*...
La série avec Kate Mulgrew ? Bah, c'est quelconque et surtout, ça n'a aucun rapport. Le seul truc amusant, ce sont ses allusions à son mari ;-)Pour les puristes, dont nous sommes, Madame Columbo restera celle de son enterrement.

Rémy 24/12/2005 13:52

C'est vrai que ce Columbo n'a pas la même "saveur", le même charme que les épisodes des années 70 mais il demeure, à mon avis, de bonne facture tout de même.

Personnellement, je ne trouve pas que Peter Falk joue dans la parodie. Au contraire, il est relativement sobre.

Quant au méchant de service (la fille n'est qu'accessoire), il manque certes de charisme (on est loin d'un Cassidy)mais sa jeunesse peut expliquer le fait qu'il apparaisse un peu fâlot. C'est d'ailleurs une constante chez Columbo : les jeunes sont des proies faciles, les quadras de milieux aisés sont des hargneux et les femmes sont de vraies "vamps" (même agées !). Donc, à chaque catégorie, une approche différente.

Enfin, le coup des poissons était bien vu même si c'est un peu capillotracté.

Qu'on aime ou pas, cet épisode sera toujours mieux qu' "A chacun son heure" (Brrrr !!! J'en ai des frissons...)

Maître Po 24/12/2005 14:04

Le problème de Columbo, c'est qu'il travaille en solo... personne à qui confier le résultat de ses cogitations. Du coup, tout paraît sortir d'un chapeau... comme chez le Grand Santini ! ;-)
Quant à A chacun son heure, c'est un ovni dans cette série et ne doit être considéré qu'à ce titre, une curiosité en quelque sorte.