Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Maître Po, devin

Le survivant

Que serait le cinéma sans le cinéma américain ? Et que serait le cinéma américain sans Charlton Heston, qui l'aura marqué de son empreinte indélébile ? On ne peut guère reprocher à celui qui fut Ben-Hur, Moïse ou Marc-Antoine que ses responsabilités exercées au sein de l'extrémiste NRA. Et il a joué dans des films de science-fiction majeurs, comme Soleil Vert, La Planète des Singes et Le Survivant.

 

Tourné en 1971, Le Survivant est tiré d'une nouvelle de Richard Matheson, Je suis une légende. Ce dernier est aussi le scénariste d'une bien terrifiante Maison des Damnés, ou des Seins de Glace (et au passage de Mireille Darc) et surtout de Quelque part dans le temps, film auquel je voue un culte sans faille, étonnant film de science-fiction romantique. Cette nouvelle avait déjà été adaptée en 64 dans L'ultimo uomo della Terra, et en 67, dans Soy legenda.

Pour ne pas déflorer le film, j'ai extrait ces images du premier quart d'heure. 

 

Le survivant

Charlton Heston incarne Robert Neville qui vit seul dans un Los Angeles post-apocalyptique, dévasté par une guerre bactériologique. Chaque jour, il parcourt la ville déserte, emmagasinant des denrées indispensables, opérant un étrange et minutieux quadrillage et prenant bien soin de ne pas se laisser surprendre par le coucher du soleil, pour une obscure (si j'ose dire) raison, qui ne tardera pas à se faire jour (si j'ose également dire).

 

Le survivant

Sa solitude le force à converser avec les mannequins des magasins où il s'approvisionne en vêtements. Une relation ambiguë, risquée mais indispensable pour sa survie.

 

Le survivant

Car chez lui, il n'a pour tout compagnon qu'un buste de César, avec lequel il feint  de jouer aux échecs.

 

Le survivant

Neville n'est pourtant pas seul. Il est opposé à une horde de pestiférés dirigée par le charismatique Matthias, horde qui ne sort que la nuit, redoutant la clarté du jour. La Famille semble n'avoir pour but que de détruire celui qu'elle appelle l'utilisateur de la Machine. Dans la nouvelle (que j'ai lue il y a bien longtemps, peu après avoir vu le film pour la première fois et dont je ne m'en souviens guère), les créatures auxquelles le héros était confronté étaient des vampires. Ici, les pestiférés ont une conscience et sont seulement animés par le rejet des technologies modernes qui ont conduit à la destruction du monde.

 

Le survivant

Ainsi, nuit après nuit, la maison de Neville est victime de l'attaque de ceux qui portent les stigmates d'une maladie qui les tue les uns après les autres et les empêche de supporter la lumière du jour. Écoutons Matthias :

 

 

 

 

Et puis, un jour, Neville se rendra compte qu'il existe d'autres personnes qui n'appartiennent pas à la Famille...

 

Evidemment, le film a un peu vieilli et la menace bactériologique propre à la guerre froide n'est plus vraiment d'actualité. Mais Le Survivant reste un excellent film, inquiétant à souhait, une réflexion sur la solitude du dernier homme, accompagnée d'une musique seventies envoûtante, avec aussi un hommage nostalgique au film Woodstock, tourné l'année précédente. Les anglophones trouveront même sur Youtube, l'intégralité du film découpé en dix séquences.

 

Petite question à l'attention de ceux qui auraient vu le film : savez-vous qui est Matthias ?
[Le Survivant (The Omega Man) - Boris Sagal - 1971]

Commenter cet article

:0071: Kinou 13/01/2009 00:08

Je viens de revoir le film, il a tout de même un "peu mal vieilli", mais je n'aime toujours pas les albinos !

Cela me permet de venir relire ton article qui était resté bien présent dans ma mémoire ;-)

Je m'aperçois que le dernier commentaire avait été écrit peu de temps après la disparition de Charlton Heston.

J'en profite pour te dire que le lecteur que tu as mis dans le commentaire 11 est un peu... défaillant ;-Þ

Bonne nuit Po-san

Maitre Po, devin 13/01/2009 23:33



Le dernier commentaire (merci Louise) a été mis du temps où j'avais mis une rubrique Mon blog dans l'actualité. J'avais alors mis un lienvers cet article, après le décès de CH.

Effectivement, le MP3 de la réponse 11 reste silencieux. Faut que je voie ça de plus près. Merci Kinou ;-)



Louise 11/04/2008 15:46

je ne connaissais pas ce film. de charlton heston, je ne connais bien que Ben Hur et Moïse. et le militant très à droite qu'il était devenu. et pourtant, je lui voue un quasi culte. je suis une fan de Ben hur que je ne rate pour rien au monde, malgré ses 3 heures et ses passages annuels en télévision...
peut etre même que c'est maladif ça, l'hestonite,..

Maître Po, devin 17/04/2008 22:37



Je sais pas si c'est contagieux, mais c'est pandémique ;-Þ



J 03/01/2008 11:58

Bien le bonjour Maitre Po,
permettez-moi de vous souhaite une excellente année 2008 et tout et tout... :o)
Bon, j'ai enfin revu le survivant à la téloche en France mais j'ai été un tantinet déçue... Comme quoi le souvenir en était meilleur. Finalement, je trouve que ce film ne rend pas si bien l'ambiance du livre de Matheson. Bon, pag grave puisque le nouveau "je suis une légende" va bientot sortir en Germanie... (Tiens, toujours pas vu Ratatouille moi, galère...)
Ah, Lovecraft !... :0085: Je te quitte là, il faut que j'aille farfouiller dans mes vieux livres pour enfin le re-lire! Et... j'ai aussi ceux de Ray Bradbury. Merci à mon papa qui ne les a pas jetés !
Ceci dit (belle abesse, huhu...) j'y vais...
Julima

Maître Po, devin 04/01/2008 00:00

Ah, tu es revenue ! Bonne année 2008, longue vie et prospérité,à toi,  J., et aux fauves ;-)Le livre, c'était celui dans la collection Présence du futur (dont je n'avais compris le jeu de mots que tardivement) ?

'vy 01/01/2008 19:09

Tu me disais d'y courir, c'est fait, j'ai suivi ton conseil et vu Je suis une légende. Pfou, ça décoiffe ! Et ça m'a bien plu. Dommage, je n'ai pas de souvenirs assez précis du Survivant pour comparer. Mais ça ne m'avait pas laisser la même sensation de dépense d'énergie.
C'est vers douze ans aussi que je découvrais Lovecraft (plus fantastique que SF), et Bradbury et puis celui qui enveloppa longtemps mes rêves... mon prince d'adolescence Edgar A. Poe (que de Po :-))
Je te souhaite une très bonne année, Maître Po (et à Bubulle aussi).

Maître Po, devin 01/01/2008 22:30

Grrr... je n'ai pas eu le temps de poster mon article avant que tu y ailles. On en reparlera à ce moment-là ? ;-)
Sorti (avec difficulté) de l'univers de Cthulhu, je m'étais immergé dans celui de Van Vogt. Mais ce furent là mes seules incursions approfondies dans l'univers du fantastique ou de la SF. Quant à envelopper mes rêves avec Poe... Prospero... brrr ;-Þ
En revanche, j'aimais beaucoup les films de Corman tirés de ses oeuvres, dont le scénario était écrit par un certain... Richard Matheson. Et la boucle est bouclée ;-) 

Mifa 01/01/2008 01:54

Si je suis d'accord sur la première assertion - le cinéma américain - je le suis moins sur la place majeure de Charlton Heston ( qui a pourtant succédé à Kirk Douglas dans mes "amours" cinéphiliques - mais sans le remplacer ! ). Je viens de revoir avec plaisir "Le Cid", qui fonctionne toujours (c'est mon dernier jeu, retrouver d'anciens films qui m'ont marquée et les confronter au temps qui passe). L'empreinte indélébile de l'acteur ce serait plutôt John Wayne, Henri Fonda, bien sûr Humphrey Bogart - et quelques autres, notamment chez Hitchcock. Charlton Heston reste un grand acteur : rien de moins, mais rien de plus. Et c'est une ex-groupie qui vous le dit...comme elle le voit.

Maître Po, devin 01/01/2008 14:49

Personnellement (et curieusement), John Wayne ne m'évoque quasiment rien, à part la captivante Prisonnière du désert. Alors que Charlton Heston a joué dans des films qui m'ont marqué, pour ne pas dire traumatisé à vie ;-)

Dans tes acteurs hitchcockiens, tu pensais certainement à James Stewart qui est pour moi, un immense acteur. Avec Clint Eastwood. Oui, je sais. Mais bon ;-Þ

Alice HUGO 31/12/2007 14:36

Le rôle de Matthias est tenu par Anthony Zerbe . C'est le gourou psychotique des "monstres "...
Je suis tombée dans la SF à l'âge de 12 ans - en découvrant Asimov - et je reste une inconditionnelle ( rêeuse ?) de ce genre littéraire.
De nombreux livres et films m'ont impressionnée, mais je reste incontestablement marquée par le message et la musique de Soleil Vert.

Quant à mon message, en ce jour, il consistera à t'adresser mes meilleurs voeux de
BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2008

Cordialement à toi, Maître Po, Alice.

Maître Po, devin 01/01/2008 12:40

Vi, Matthias, c'est Anthony Zerbe, mais dans le film, ce n'est pas que le gourou, c'est aussi... tatata... le journaliste qui donne l'avancement du conflit à la télévision !Moi, à douze ans, je découvrais Lovecraft et mes premières lectures fièvreuses...Bonne et heureuse année à toi, Alice, longue vie et prospérité ;-)

Va l'r :0048: 30/12/2007 20:06

En provence on se souhaite un "bon bout d'an" et pas un bon boudin comme certains peuvent le croire ;-)

Maître Po, devin 30/12/2007 23:36

Remarque, un bon boudin, c'est bien aussi ;-Þ(mais ça dure moins longtemps ;-)

Galac' 30/12/2007 16:07

Je ne me souviens pas de Matthias...
Par contre j'entends encore : "La Famille est Une...La Famille est Seule...", parce que ça m'avait terrorisée. :)
Pour moi aussi, Charlton Heston c'est "Beaux Yeux". :)
Le Survivant était déjà le remake d'un film plus vieux, non?

Maître Po, devin 30/12/2007 21:43

Eh ben, La Famille est une, c'est Matthias qui le dit. Et Beaux yeux, j'avais oublié ça, merci, Galac. J'aimais bien Zira aussi :-)

Plus qu'un remake, c'est le troisième film tiré de la même nouvelle. Je suis une légende, actuellement sur nos écrans (et bientôt ici), en est le quatrième...

cat 30/12/2007 14:37

c'était pour rire ...

je ne sais plus ... j'arrive pas à retrouver de films que j'ai vu avec lui ... faut que je cherche :P

Maître Po, devin 30/12/2007 19:43

Je me souviens de lui dans Le Cid que l'on a aussi vu il y a quelques jours à la télé. Ou dans l'Extase et l'Agonie, où il jouait Michel-Ange. Ou dans Khartoum. Bref, les occasions de l'avoir vu ne manquent pas ;-)

'vy 30/12/2007 12:03

Bon alors, qui est Matthias dans le film ? J'attends ta réponse Maître Po :-)
Ah, Charlton Heston, j'étais amoureuse de lui quand j'étais petite (mon père m'emmenait voir ces films)et puis ensuite j'y suis allée toute seule, mais il était devenu trop vieux :-) Et puis un autre jour, j'ai vu que l'homme était beaucoup moins admirable que les rôles qu'on lui donnait à jouer...
Bien sûr, j'ai vu ce film, à la télé, il y longtemps, et je ne me souviens pas de Matthias.

Je n'ai pas vu Je suis une légende, la nouvelle version avec Will Smith. Supposerais-je que tu nous en parleras prochainement ?

Maître Po, devin 30/12/2007 15:01

L'acteur était incontournable à une époque et pour moi, il a longtemps incarné Taylor (une seconde, je vérifie, oui, c'est bien Taylor) dans la Planète des Singes. Certes, je n'étais pas amoureux, mais je l'aimais bien, c'est vrai ;-)L'engagement de l'homme au sein de la NRA paraît contestable aux yeux des français. Peut-être, pour les américains, en va-t-il autrement...Ah oui, Matthias, le leader des stigmatisés, on le voit dans les flashbacks nous montrant la guerre bactériologique. C'est le...Quant à Je suis une légende, tu peux d'ores et déjà y courir ;-)

cat 30/12/2007 09:01

j'étais même pas née en 71 ...
sinon ... je cherche un film que j'ai vu avec lui mais ... pas de titre qui me reviennent et pourtant j'en ai vu :D

bisous bisous

Maître Po, devin 30/12/2007 09:15

Tu sais, cat, j'ai vu Métropolis de Fritz Lang, et en 27, j'étais pas né non plus ;-ÞSinon, tu l'as peut-être vu dans Les Trois Mousquetaires ou La Revanche de Milady qui sont passés, il y a peu, sur Arte... c'était Richelieu ;-)

Elleiram :0036: 29/12/2007 23:00

Oooops...

Charlton Heston, joue Moïse dans Les Dix Commandements...




Grosse la sieste... là!!!




;O))



'Toujours pas trouvé ce que tu dois me ramener des pays bas? Parce que là, je ne peux même pas t'aider ;O)))

Maître Po, devin 29/12/2007 23:25

Je cherche... mais je trouverai ! J'ai déjà éliminé la dentelle de Delft, et le fromage de Volendam... la piste se resserre ;-)

Elleiram :0036: 29/12/2007 20:50

Charlton Heston... je ne connaissais que ses talents d'acteur... dans Moïse, la Planète des Singes... et pas du tout ses autres "activités"...
(Merci google ;O))

Je ne connaissais pas non plus ce film et p't-être bien que ça me donnerait envie de le zieuter...

Quant à celui qui joue Matthias, j'ai vu (re-merci google ;O)) qu'il a aussi joué dans le non moins célèbre film "Dead Zone"... Mais en relisant ta réponse à Kinou, il me semble que je n'ai pas très bien compris la question... et donc comme je n'ai pas vu le film... ben je ne peux pas y repondre...

'm'en vais p't-être même faire une ch'tite sieste, là!

;O))

Maître Po, devin 29/12/2007 22:09

Dead zone... beau film aussi... Quand je pense à toutes ces merveilles à côté desquelles certains passent, simplement parce que ce sont des films dit de science-fiction ;-)


(et Charlton Heston, y joue pas dans Moïse, mais dans Les Dix Commandements ;-)

Va l'r :0025: 29/12/2007 17:10

Je n'ai pas vu ce film mais lorsque j'étais ado,Charlton Heston était mon acteur préféré.
Je suis donc agréablement surprise par ton article!!
Je l'avais particulièrement apprécié dans "la planète des singes" (dont j'ai lu le livre ensuite...)

Maître Po, devin 29/12/2007 18:45

Ah, la Planète des Singes ! La révélation finale... quel choc ;-)

Liloo 29/12/2007 16:35

Le tête à tête avec César me rappelle vaguement quelque chose, mais j'avoue ne pas me souvenir du tout du film...
bon,j'ai des excuses... il date un peu tout de même :-)

Maître Po, devin 29/12/2007 18:22

71... c'était hier ;-)(euh... avant-hier ? ;-)

Kinou 29/12/2007 14:55

Un bien beau regard pour débuter ton article...
Je n'ai pas le son, je ne sais pas qui est Matthias, mais merci gogole... grâce à la photo,je peux te dire qu'il a joué dans Matrix ;-)
Soleil vert, un film qui m'avait marqué, j'étais jeune et j'avais trouvé atroce de finir ainsi...

Maître Po, devin 29/12/2007 15:04

Vi, mais la question, c'était : Qui est Matthias... dans le film ! ;-ÞQuant à Soleil Vert, c'est vrai que la fin (dans tous les sens du terme) est particulière ;-)