Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Maître Po

Dakota

Lorsque l'on longe Central Park du côté ouest, on passe obligatoirement devant le Dakota. Et chaque fois que je suis allé à New York, je me suis retrouvé... à longer Central Park de ce côté dans le but bien avoué de voir cet impressionnant immeuble Art Déco. A kind of emotional pilgrimage...

Car il est difficile devant cette imposante masse de ne pas soupirer en imaginant Judy Garland, à sa haute fenêtre, admirant ce parc incongru et sauvage qui s'étend à perte de vue, de ne pas frissonner en voyant Mia Farrow en proie aux maléfices de Rosemary's baby, de ne pas sursauter en entendant les cinq coups de feu que Chapman tira sur Lennon avant de lire l'Attrape-coeur...
[Le Dakota, Upper West Side, New York, décembre 2005]

Commenter cet article

QG 06/11/2009 09:22


Quand tu dis "à chaque fois que je suis allé à NY"? tu es allé combien de fois si c'est pas indiscret?


Maitre Po, devin 09/11/2009 01:35


En vacances ? Cinq fois ;-)
Et autrement ? Zéro ;-Þ

Pour des périodes comprises entre trois jours et une semaine...


Quichottine 14/10/2007 20:39

oui... d'accord avec toi ! ;-)

Maître Po, devin 14/10/2007 23:55

Comme d'habitude, quoi ;-Þ

Quichottine 14/10/2007 12:03

J'imagine très bien... même en n'ayant pas toutes les références dont tu nous parles... une belle dame à sa fenêtre, ça fait toujours rêver... il suffit d'imaginer que l'on se trouve dans le parc om son regard se perd...

Maître Po, devin 14/10/2007 19:34

La dame à sa haute fenêtre, c'est une référence au poème de Nerval, Fantaisie... Et oui, ça fait toujours rêver ;-)