Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Maitre Po, devin

Paris, la Ville aux cinquante Portes...

 

On se croirait dans la Bagdad d'Haroun-al-Rachid, dans une de ces villes des mille-et-une nuits, aux portes innombrables et à la muraille infranchissable. Cela dit, j'ai mis cinquante au pif, je ne me suis jamais amusé à compter les portes de Paris.

 

Tout le monde connaît la Porte Maillot, la Porte de Versailles ou la Porte d'Orléans. Cependant, connaît-on, par exemple, la Porte de Montempoivre, toute proche, où j'ai tant de souvenirs ? Mais laissez-moi vous en présenter une, encore plus méconnue.

 

Entre la Porte de Bercy et la Porte de Vitry, coule la Seine. Le trajet n'a rien de bien réjouissant, car il suit, de part et d'autre du Pont National, des zones dans un état de délabrement avancé. L'aménagement n'y est pas concerté, juste oublié. Et c'est ainsi que l'on passe, sans même s'en rendre compte, devant la Porte de la Gare.

 

Rien ne l'indique. On aperçoit seulement, entre les feuillages épais, une étrange bâtisse...

Un petit escalier conduit au bâtiment éponyme, une station de RER murée, désaffectée, à l'image du quartier. Quelques tagueurs y sont passés, autrefois, conscients que leurs oeuvres sombreront dans l'oubli le plus total. Quelques SDF ont dû y élire domicile, certains doivent encore y habiter.

Et à droite, un autre escalier, plus confidentiel encore, nous emmène au bout de Paris, dans un endroit abandonné de tous, longeant la façade de ce qui fut une gare...
[Porte de la Gare, Paris XIIIe]

Commenter cet article

O
Plus que la Bagdad d'Haroun-al-Rachid, tes photos m'évoquent quelque temple mystérieux, délaissé par l'Homme et mangé par la jungle...
Et Paris vue par tes yeux est toujours aussi... belle ? Émouvante, en tout cas ;)
A bientôt, MP
Répondre
M


Bagdad, c'était pour les 50 portes... mais tu as raison, on dirait un de ces temples mayas perdus dans la forêt vierge... Palenque ;-Þ
Bonne soirée, Ophi ;-)



A
Quand tu voudras
Répondre
M


Y a des phrases que j'aime bien entendre...
Et celle-là en a toujours fait partie ;-Þ



A
Beaucoup de feeling. C'est partagé. Le sordide a de tels accents de poésie parfois.
Je reviendrai.
Répondre
M


La poésie n'est pas toujours évidente sur certains objets. Il suffit de la découvrir ou parfois de la rajouter ;-Þ
À la prochaine, alors, Armide... ;-)



:
Je suis passée plusieurs fois, mais trouvant le bâtiment très moche, je repartais sans laisser de commentaires.
Comment ? je ne rejoins pas cet encensement collectif ? ben non, vois-tu, j'ai du mal à trouver de la poésie dans ce vieil édifice ;-Þ
Dans ce cas, pourquoi revenir ? pour essayer de découvrir ce qui malgré tout m'attirait dans tes photos...
euréka ! j'aime ce coin de ciel bleu derrière le feuillage ! j'admire donc un quart de la dernière photo, il en faut parfois peu pour être conquise ^__^


pssttt... si Wiki a bien compté, il y a plus de soixante portes ;-)
Répondre
M


Difficile de juger un quartier sur un seul bâtiment... Cela dit, les alentours sont encore pires ;-)
Et effectivement, sous le soleil, tout paraît plus joli.

Quant à Wiki, il trouve peut-être plus de 60, mais il compte des portes qui sont à peine des fenêtres ;-Þ



P
Un nid de chats ? Cet endroit devient très intéressant !
Répondre
M


Oui, oui, un nid ! Mais rassure-toi, pn, dès que j'ai des photos, je fais mon article ;-)



B
C'est chouette !!
Merci, je vais y faire un tour !
(Je ne pourrai jamais m'éloigner de Paris. Mektoub..)

Bonne journée :o)
Répondre
M


Euh... tu risques d'être déçue, c'est un quartier en pleine... mutation ;-Þ
Bonne journée, Bénédicte ;-)



:
Chaque recoin de la capitale recèle des trésors. Merci de me faire découvrir cette porte de la gare. Sperbe la photo avec l'escalier.
Répondre
M


Merci LLT !
Des trésors, il ne faut pas s'emballer non plus.
Mais ce quartier situé entre les Maréchaux et la Bibliothèque est fascinant.
Bonne soirée à toi ;-)



J
Bonjour cher Maître...
que de découvertes on peut faire grâce à toi !
ce Paris méconnu m'enchante.
Il ne s'agit pas de beauté mais d'émotion.
amicalement
jean-marie
Répondre
M


Non, Jean-Marie, il ne s'agit pas vraiment de beauté ;-Þ
Mais à quelques mètres du Boulevard des Maréchaux, c'était si insolite. Et si silencieux.



L
Je ne crois pas que ce soit un lieu ou j'irai me balader, si ce n'est cet escalier qui invite à la découverte. J'aime d'ailleur beaucoup cette photo .

c'est étonnant, cet endroit semble un peu gloque tout de même, mais quand on vous lit on le regarde autrement . vous en parler avec tendresse ? nostalgie ?

Bon d'accord on ne m'a rien demandé ----> bonne journée Maitre :D
Répondre
M


Nulle tendresse, ni nostalgie... Une désaffection palpable, une inhumanité prenante... on ressent des choses, c'est tout : de l'intérêt, de la surprise, de l'incompréhension.
Bonne soirée Loralie ;-)



M
je découvre avec ravissement ton super blog !
Répondre
M


Merci infiniment, Melly ! Et bonne semaine ;-)



P
et pas de chat...
Répondre
M


Coucou pn ;-)

Et non, pas un chat à l'horizon.
Mais un peu plus loin, j'en ai vu plusieurs. Un nid. Va falloir que j'y retourne et que je puisse y accéder. C'est pas gagné ;-Þ



E
Comme tous ces lieux très connus où très méconnus comme les deux portes dont tu parles ci-dessus, et ben, ça donne envie d'aller les découvrir!!!

J'adôÔôre ces lieux insolites, Maître Po!

;O))
Répondre
M


Coucou Elleiram ;-)
Je crains que dans la réalité, tu ne sois un peu déçue... Laisse-moi te dire les endroits que tu peux tenter de découvrir et ceux qu'il est préférable de me laisser conter. Celui-là appartient à
la seconde catégorie ;-Þ



A
La Poésie ne réside pas uniquement dans l' écriture. Elle est une attitude, l'expression d'une générosité tissée aux fils de l'âme.
La tienne, d'âme, est d'une fibre authentiquement poétique.

Je persiste et je signe, Alice.
Répondre
M


Ton insistance, Alice, aura eu raison de ma modestie.
Je te crois ;-Þ



M
Ce que j'aime dans Paris, c'est qu'il y a toujours quelque chose à découvrir. Il suffit de savoir regarder autour de soi ou parfois de lever les yeux pour découvrir par exemple que l'immeuble devant lequel on passe tous les jours possède une magnifique façade, témoin d'une splendeur passée.
Répondre
M


Ça sent le vécu ;-Þ
Il y a le plaisir de la découverte mais aussi celui de l'habitude, tu sais, quand tu te sens comme chez toi, dans un petit coin de Paris...
Paris, on t'aime ;-)



B
Ouf, j'avais peur que tu ne fus fâché !!! naaaaan je rigole.
Ce qui est drôle, c'est que le pps, je l'ai trouvé sur un blog que j'ai dans mon marque-pages, et devines quoi ? Il est juste au-dessus du tien ! Et c'est un blog tenu par un suisse, allez peut-être que tu connais, mais si non, je te file son lien :
http://francischoffat.over-blog.com/
Répondre
M


J'aurais quand même préféré que ce soit juste en dessous...
Je plaisante, bien sûr, comme toi, Bellelurette, comment veux-tu que je sois fâché contre celle qui habite une si jolie ville ? ;-Þ



Q
Sourire...

Contente de t'entendre crier. ;-)

Avec tendresse, cela me plaît aussi.

Bon weekend à toi aussi, Maître Po.
Répondre
M


La tendresse, c'est bien. Elle peut se nicher partout et elle ne fait jamais mal, contrairement à l'amour...

Bon, faut que je me resaisisse, moi ;-Þ



B
Tu as l'art de voir la beauté là où on ne voit que du sordide, les graffiti ne m'inspirent pas ! C'est du romantisme. Cette petite gare a dû être ravissante mais il y a si longtemps. Tu aimes Paris ça se sent.
Répondre
M


Tu as doublement raison, BD ;-)
Oui, j'aime Paris, je m'y promène trop souvent pour ne pas l'aimer. J'y travaille aussi, mais bon, je préfère encore que ce soit à Paris...
Et oui, c'était sordide. Mais attirant en même temps. Pas facile à expliquer ;-Þ



N
Tu réussis à nous balader dans des endroits absolument uniques, Maître Po, et c'est ce que j'apprécie sur ton blog ;-D On passe d'expositions merveilleuses à des lieux d'exception ... et d'un coup, on tombe sur quelques restes d'un Paris d'une autre époque !! Bon week end à toi ...
Répondre
M


Que veux-tu, j'adore me promener dans Paris, mon appareil à la main...
Et dans Paris, on tombe nécessairement sur quelque chose d'insolite, de merveilleux ou d'émouvant. Bon, là, c'était juste insolite ;-Þ
Bon week-end, Nanne ;-)



S
C'est vrai c'est un bel article. Alice l'a déjà dit bien mieux que je ne saurais le faire.
Cela me permet de voir une autre facette de la
Répondre
M


... Capitale ? ;-)
Et j'en ai encore quelques autres, des facettes à montrer ;-)



B
Ca alors, j'étais sûre d'avoir commenté hier.... bon, mon com va sûrement apparaître plus tard.
En attendant, voici un petit bijou que j'ai trouvé sur un autre blog :
http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/08/73/00/M-tro-parisien.pps
Répondre
M


Ma faute, ma grande faute, ma très grande faute ;-)
J'ai commencé à répondre tardivement et n'ai pu aller au bout de mes commentaires...

En tout cas, merci beaucoup pour ton pps ! Il est sublime !
Et puis, la musique... la musique !
Il y a un quai dans ma rue, il y a un trou dans mon quai...
On en redemande ;-Þ

Je remets l'adresse cliquable ici...



G
pas mal c est lieux insolites
Répondre
M


oui, hein ? ;-)



T
Amoueux de paris je trouve ton blog trés sympa... Un vrai régal.... je reviendrais...
LORENT
Répondre
M


La passion de Paris est une des plus communicatives, tant elle est naturelle.
Bonne journée, Taille-crayon ;-)



Q
C'est...

Je ne sais même plus quoi dire !!!!

Si je te dis "J'adore !" Tu dis quoi ?
... C'est un peu court... ?

Pourtant, c'est vrai, j'aime bien ce billet, cette découverte, la promenade sous les feuillages (magnifique première photo, tu t'es enfoui sous les branches pour la prendre ?)... et ces escaliers... qui donnent envie de les grimper pour aller voir un peu plus loin.

C'est vrai, c'est un peu délabré, mais tu en parles avec... amour ?

Non, là, j'exagère mais je dois dire que les mots que tu emploies nous invitent à une approche un peu romantique de ces lieux qui ne le sont pas forcément.

Très beau billet, cher Maître !

Passe une bonne soirée.
Répondre
M


Si tu dis J'adore, qu'est-ce que je dis ? je dis... Je le savais !
Mais je ne le dis pas, je le crie ;-Þ

Et je n'en parle pas avec amour, mais avec tendresse, c'est déjà pas mal ;-)
Bon week-end, Quichottine...



B
"Les loups, ou ou ou, les loups sont entrés dans Paris..."
Tu connais cette chanson, sans nul doute !
Et bien quand j'habitais en Normandie, dans ma prime jeunesse, j'entendais "soit par ici, soit par Ivry", avant de comprendre que "ici" c'était la porte d'Issy !!!
De bien curieux endroits que tu nous montres là. Il y a bien une station de métro "quai de gare" qui ne correspond plus à aucune gare de maintenant. De quelle gare s'agissait-il alors ?
Répondre
M


Non seulement je la connais, cette chanson, mais j'ai même l'impression de l'avoir toujours connue. D'ailleurs, à la réflexion, ce n'est pas une impression ;-)

Il existe effectivement une station de métro voisine, plus à l'intérieur de Paris intra-muros, appelée Quai de la Gare, mais il s'agit apparemment d'une référence à une ancienne gare d'eau, sorte
de réservoir aujourd'hui disparu...



A
Ya-t'il encore des lieux parisiens - même les plus improbables - que tes semelles n'aient foulés, Maître Po ?!!!
Tes Articles dityrambiques ne laissent jamais indifférent : que tes déambulations te conduisent vers des sites prestigieux, des scènes étonnantes ou des recoins mystérieux, l'enrichissement orne toujours ton objectif ( dans les deux sens du terme).

Ici, aux portes de l'oubli, j'ai ressenti - plus que jusqu'alors - ton amour profond pour ta Capitale.
Ici, ta veine poétique bat au rythme de ton coeur.

Maître Po est un Poète. Qu'on se le dise !
Répondre
M


Mais non, chut ! ;-Þ
Alice, tu m'étonneras toujours ! Alors que je pensais avoir tout reçu de toi, tu me surprends encore par des élans (lyriques, les élans) que toi seule peux engendrer !
Quand on écrit quelques vers et que l'on a quelque prétention, on se croit poète. Quand on te lit, cependant, on sait qu'on ne l'est pas. Et on désespère de l'être jamais.



C
mais pourquoi ce lieu t'est il cher ? quels souvenirs y as tu ?

des premiers baisers ?

bisous
Répondre
M


M'enfin, Cat ? Je te demande quelque chose ? ;-Þ
Et puis, j'ai dit que j'y avais des souvenirs, pas qu'ils étaient chers ;-)