Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Maître Po

Eh oui, déjà la seconde... Peut-être vous rappelez-vous de la première ? Les conditions en sont différentes. La première fois, c'était tristesse et mélancolie. Ce soir, c'est inquiétude et délivrance. Cela peut sembler paradoxal mais sans vouloir rentrer dans des détails personnels qui n'intéresseraient que peu de monde finalement, cette délivrance que j'attendais et que j'ai fini par recevoir ne m'a pas complètement apaisé. Disons que les réponses que j'ai obtenues ont suscité des questions encore plus complexes.

 

Paris était bien attirant, en moto, ce soir, avec sa température d'une extrême douceur, contrairement au froid perçant qui régnait lors de la première fois. Paris by night and by bike... celui qui ne connaît pas ça, ne connaît pas Paris. Les quartiers défilent, étourdissants. Le Marais fait le plein de ses habitués, le Quartier Latin de ses touristes, le Forum de ses jeunes. La rue de Buci est à peine praticable, je serpente entre les piétons nonchalants rue Montorgueil. Ici et là, des vaches, ces fameuses vaches. Un musicien gagne sa croûte sur le Pont Saint-Louis. Ma radio le gêne... Faut dire que la musique chinoise ne s'accorde guère avec son accordéon. Je baisse le son... momentanément.

 

Et puis, les grands boulevards. La foule en ce lourd vendredi soir est compacte, légèrement vêtue et hésitante. Le grand Rex... je me rappelle alors... le Festival du film fantastique s'y tenait chaque année, et dans cette salle immense, avec son orchestre et ses deux balcons, son décor aux maisons hantés - du moins le croyais-je à l'époque - et son ciel étoilé, les trois mille spectateurs assistaient à la projection de films d'horreur sans sous-titres, bien souvent dans une langue inconnue (transylvanien ?). Une main tremblante glisse un crucifix dans une tombe, la foule en délire crie : A voté ! Soudain, un avion en papier déchire l'écran, envoyé depuis les derniers rangs du second balcon. Les yeux quittent le film et suivent avec attention ses circonvolutions... Une véritable escadrille fait ensuite son apparition et je sais désormais à quoi sert le programme que l'on m'a remis à l'entrée. Un tonnerre d'applaudissements salue la plus belle des prestations, tandis qu'à l'image, un monstre épouvantable fait irruption dans l'indifférence hystérique du public...

 

Et puis, il y a eu la nuit des Envahisseurs, celle d'Amicalement Vôtre... que de souvenirs ! Les clameurs se sont tues depuis. Inquiétude et délivrance...
[Le grand Rex, Paris, le 19 mai 2006, tard]

Commenter cet article

Quichottine :0010: 04/09/2008 18:00

Sais pas... pour l'instant, ça n'a pas l'air de marcher ! ;-Þ

Maitrepo 08/09/2008 10:08



Pas grave ;-Þ



Quichottine :0010: 03/09/2008 11:25

Sais pas... Beaucoup ne suivent pas les liens. A moins que tu ne fasses un billet avec seulement le lien pour celui-ci... ;-)

Maitrepo 04/09/2008 08:28



Et un (ou même plusieurs !) liens dans le module Commentaires, cela peut peut-être suffire... qui sait ? ;-Þ



Quichottine :0010: 02/09/2008 20:58

Ben oui, pourquoi pas ?

Maitrepo 03/09/2008 07:23



Je vais y réfléchir...
Et un époussetage, ça ne sufffirait pas ? ;-Þ



Quichottine :0010: 31/08/2008 10:07

Je repassais par ici...

Je me dis que nous n'avions été que trois à commenter cet article. Tu devrais le remonter un peu, il méritait mieux !

Maitrepo 01/09/2008 23:25



Et le dépoussiérer ? ;-Þ



Quichottine 14/11/2007 22:15

Ah oui ? moi qui pensais, vraiment, que je suggérais quelque chose d'un peu fou...

Comme quoi, parfois, il faut dire quand même ce qu'on croit être des bêtises. ;-)

Maître Po, devin 14/11/2007 22:27

Oui, parfois ;-Þ

Quichottine 14/11/2007 21:25

J'ai trouvé... en fait, il faut que tu mettes un ronronnement en guise de fond d'article sur ceux que tu consacres à...

Je dis des bêtises ! N'écoute pas...;-)

Bonne soirée, Maître Po.

Maître Po, devin 14/11/2007 21:28

En fait, il y a longtemps que j'y pense... mais l'aspect technique me rebute un peu, même s'il ne m'apparaît pas insurmontable ;-)

Kinou 14/11/2007 11:10

"Paris en moto mais comme si l'on était à pied"...
une image... un pied pas encore sur le trottoir et plus tout à fait sur la moto... mais tu vas avoir du mal à prendre la photo.. si c'est ton pied ;-)

Maître Po, devin 14/11/2007 18:36

Voilà, j'ai du mal à prendre les photos, c'est pour ça que je n'arrive pas à illustrer mon article ;-)

Quichottine 13/11/2007 21:57

Si j'y arrive... il paraît que tout est plus facile en si mettant à plusieurs. ;-)

Maître Po, devin 13/11/2007 22:20

Oui, il paraît :-Þ

Quichottine 13/11/2007 19:30

Peut-être qu'un jour il y aura des mots qui pourront tout traduire : les images, les sons, et aussi les émotions... mieux encore qu'aujourd'hui. Qui sait ? Ce jour-là je suis sûre que tu seras l'un des premiers à savoir les employer !

Maître Po, devin 13/11/2007 21:20

Merci de ta confiance, Quichottine, et si d'aventure, je n'y arrivais pas, tu m'aideras ? ;-)

Quichottine 11/11/2007 19:08

Tu vois,Paris la nuit, je ne l'ai jamais fait en moto ou en vélo... Je suis venue en voiture, j'ai marché, sur les champs. C'était l'époque où il nous arrivait de dîner ensemble au bistrot romain ou ailleurs... d'ailleurs, peu importait. Nous passions cette soirée, tranquillement.

Alors, c'est vrai, je ne connais de Paris que ce que m'ont laissé mes souvenirs d'enfance et ceux que je me construis en visitant parfois, un endroit ou un autre, seule ou accompagnée.

Les quais... je les ai faits, plusieurs fois... j'allais fouiner chez les bouquinistes, parfois, il m'arrivait de regarder de loin, je n'osais pas, j'avais peur qu'ils me demandent ce que je cherchais. Je ne cherchais rien seulement le livre qui m'eût appelée.

Je ne sais pas si j'aime aller au cinéma. Je n'aime pas les salles sombres lorsqu'il n'y a personne avec moi pour me tenir la main.

Le marais... je m'y suis perdue à dix-huit ans. Je n'avais pas vraiment envie de me retrouver.

Mon Paris, parfois, c'est un tout petit village... et parfois c'est un océan où je me noie.

Passe une belle soirée, Maître Po.

Je ne sais pas, j'avais seulement envie de passer un peu de temps là.

Maître Po, devin 11/11/2007 21:28

Tu sais bien que tu peux rester le temps qu'il faudra, Quichottine...Paris la nuit, en moto, c'est unique. Je voudrais le raconter mais je ne sais pas comment l'illustrer. Cette faculté de passer d'un quartier à un autre instantanément, de profiter de Paris comme si l'on était à pied, comment le transcrire en images ? Je continue de chercher... ;-)

Quichottine 05/11/2007 14:58

Délivrance ?

Je ne sais pas. Je dois dire que j'ai lu, que tes mots me peignaient bien plus qu'une simple promenade.

Bon après-midi, Maître Po.

Maître Po, devin 11/11/2007 21:30

Tu sais bien, Quichottine, que la nuit, les choses prennent toujours une autre dimension ;-)

Anne-Lise 21/05/2006 16:26

Dis donc, tu berces sacrément bien nos esprits quand le tiens se met à écrire sur ses états d'ame ;-)
Je trouve que tu retranscris bien tes impressions, tu devrais faire écrivain mon cher ;-)
Bon, comme je suis passée pour lire les articles que j'avais loupé, je te fais quand même un pitit coucou de passage!!!
J'ai laissé Bubulle tranquille la dernière fois, je l'ai pas accablé de mes délires, j'espère que t'en as pris note ;-)
Gros bisous et bon dimanche!!!

Maître Po 23/05/2006 08:00

AL, tes délires sont toujours les bienvenus ! ;-)