Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Maitre Po, devin

Les electricos, ce ne sont pas que des machines. Ce sont des hommes, un peu frimeurs...

 

... mais aussi des femmes, plus rêveuses.

 

Avec cet intérieur chaleureux tout en bois, il règne une sorte d'intimité dans le tramway. On a l'impression d'être invité par le conducteur. Enfin, cela est vrai dans la journée, quand l'affluence est passée, que les lisboètes sont au travail , que seul un oisif lit le Publico.

[Lisbonne, avril 2008]

Commenter cet article

cat 19/06/2009 06:54

mais euhhhhhhhhhhhhhh

Maitre Po, devin 19/06/2009 08:19



Et à l'ancienne... eh ben...  ;-Þ



cat 16/06/2009 20:08

vraiment très mignon le conducteur ^^ il se la pête !

en tout cas, l'intérieur est superbe, à l'ancienne !!!

bises

Maitre Po, devin 18/06/2009 21:55



L'intérieur du conducteur ? 



nadja 16/06/2009 07:52

Me demande quel oisif peut bien lire El publico, dans ce joli tram en bois. Quand même plus joli que les métros tout plastique aux couleurs criardes.

Maitre Po, devin 18/06/2009 21:44



Délicieusement kitsch ;-)



Quichottine 16/06/2009 02:43

Morte de rire... C'est vrai que tout est possible. Mais ce sont ces deux-là que tu as photographiés !

Maitre Po, devin 16/06/2009 02:48


Y en a d'autres que j'ai pris en photo. mais on me voit dessus ;-Þ


Melly 16/06/2009 01:00

... tu connais les trucks Polynésiens, en bois, intérieur banquettes face à face ?

Maitre Po, devin 16/06/2009 02:43



Non, melly, et crois bien que je le regrette ;-Þ
J'ai regardé quelques photos, et oui, l'intérieur ressemble ;-)



Quichottine 16/06/2009 00:58

Et zut ! Mon commentaire s'est envolé... il ne fallait pas que je passe à la ligne. Bon, ce n'est pas si grave. Je disais que cette différence entre les deux photos m'avait fait sourire... l'homme, sûr de lui, un peu dominateur... et la femme, douce, le regard un peu lointain, un peu triste peut-être... rêveuse, oui. J'aime bien !

Maitre Po, devin 16/06/2009 02:42



Bon, d'un autre côté, ce ne sont que deux speci(wo)men pris au hasard. Je suis sûr qu'il existe quelque part dans Lisbonne, des conducteurs rêveurs et des conductrices sûres d'elles ;-Þ



Quichottine 16/06/2009 00:56

J'aime bien cette différence homme/femme que tu soulignes.

Maitre Po, devin 16/06/2009 02:39



Oh, moi, pour souligner, je suis très fort ;-Þ