Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Maitre Po, devin

I have changed my name so often,
I've lost my wife and children
but I have many friends,
and some of them are with me

 

À ces derniers mots, une ovation extraordinaire emplit le Parc Omnisports de Bercy. Leonard Cohen chantait devant une salle acquise à sa cause et il le savait. Oui, nous étions avec lui ce soir-là, et il le savait aussi. 

 

Le concert avait commencé quelques chansons plus tôt, par cette merveille qu'est Dance me to the end of love (que j'ai mis en clip sur ma page d'accueil). J'ai aussi concocté une playlist que je vous livre, en ayant un peu triché : j'ai rajouté deux chansons qu'il n'a pas chantées, Joan of Arc et By the rivers dark (mais bon, il aurait pu, et certainement dû).

 

 

Vous pouvez l'écouter tout en continuant la lecture de cet article. Magique, non ? 

 

Dès que j'ai su que Leonard Cohen se produisait à Paris, j'ai filé à Bercy pour prendre des places. Pour comprendre les raisons de cette tournée, un bref retour en arrière s'impose. En 2005, le chanteur canadien est ruiné par sa manager, Kelley Lynch et en 2009, à 74 ans, il se voit contraint de remonter sur scène, après quinze ans d'interruption. Pourtant, le prix élevé des places (130 €) est inférieur aux 140 € de Polnareff et surtout aux 190 € de Madonna. Mais de toute façon, voir Leonard Cohen en concert est un geste affectif qui n'a rien à voir avec l'argent.

 

J'ai découvert le chanteur au lycée, mon professeur d'anglais de l'époque nous ayant fait étudier Suzanne (takes your hand and she leads you to the river...), une des rares chansons en anglais que je connaisse par coeur. Qu'elle soit ici remerciée. Dès lors, ses chansons ne m'ont jamais quitté.

 

Le temps de se séparer est venu. À l'issue d'une soirée de rêve, il était impossible de le laisser partir. Un premier rappel le fait revenir et nous offre So long, Marianne. Puis d'autres chansons... Un nouveau départ, un nouveau rappel, encore des chansons. Un autre départ, le sempiternel rappel, et Leonard Cohen reviendra une dernière fois.

 

Cette fois-ci, ce sera vraiment la dernière. Je n'ose pas dire la bonne, tellement la salle aurait voulu faire durer ces instants fabuleux. Il est difficile de dire ce que l'on a aimé le plus, car comme disait Baudelaire, rien ne peut être préféré. Peut-être I'm your man, chanson de circonstance, ou Chelsea Hotel #2, à laquelle je consacrais jadis un article ? En guise de conclusion, Leonard Cohen nous a gratifié de quelques mots dans notre langue :

 

Comme on dit chez nous, il y a longtemps que je t'aime... jamais je ne t'oublierai.

 

Je pense qu'il est inutile de vous conter la clameur formidable qui s'éleva du public, la dernière d'une soirée exceptionnelle.
[Concert de Leonard Cohen, Paris, 7 juillet 2009]

Commenter cet article

B
Bon, je vais éteindre "Toto" pour écouter ta playlist de ce fabuleux artiste.
Il y avait bien longtemps que je n'étais pas passée par ici et j'ai lu tous tes articles en commençant par le dernier... enfin le premier... tu m'comprends n'est-ce pas ?
Répondre
M

Coucou Bellelurette !
Tu voulais dire le premier... enfin le dernier ? ;-Þ
Bonne écoute ;-)


N
Léonard Cohen à Paris ! Mais se devait être un moment unique, rare et magique ... Je comprends que tu te soit précipité pour aller l'écouter et le voir sur scène ! Toutes ses chansons sont extraordinaires, mais j'ai un (très) gros faible pour "La complainte du partisan", chantée en partie en français. Il la chante si bien que j'en ai les larmes aux yeux à chaque fois que je l'écoute. Veinard, va !
Répondre
M

Bonsoir Nanne ;-)
Ce fut effectivement une soirée inoubliable que j'ai essayé de relater le mieux que je pouvais...
Les premières paroles en anglais de cet article sont justement tirées de The Partisan !


N
En parlant de la discrète Madonna, sa scène à Marseille s'est effondrée, 1 mort, 2 blessés graves. Concert de dimanche annulé.
Répondre
M

Triste nouvelle, et je ne parle pas de l'annulation...


A
merci..... je vais me mettre ça en fond sonore pour vaquer à mes corvées.... la vie sera donc plus belle....
Répondre
M

C'est ce que je fais aussi... et qu'est-ce que je peux vaquer, moi ;-Þ
(mais bon, pas à mes corvées ;-)


J
merci, cher Maître, de m'inciter à aller voir plus loin que mon environnemment habituel.
je connais assez mal Leonard Cohen, j'aime sa voix, sa musique mais mes faibles connaissances de la langue anglaise constituent un sérieux obstacle...
je suis allé voir sa biographie et c'est passionnant...
amicalement
jean-marie
Répondre
M

Oh, mais ce n'est qu'un incitation, rien de plus ;-Þ


N
Sud américain... autant pour moi.
Nan un rôle pudique, tout en retenue, ca la changerait un peu...
Répondre
M

Madonna et pudeur, pour l'instant, ça ne fait pas trop bon ménage. Mais qui sait ? ;-)


N
Michelle O ?
Qu'est-ce qu'on lui reproche ?
Répondre
M

Nan, Eva P. ;-)


N
on ne la voit pas beaucoup, second rôle tout de même. Peut-être bien dirigée, avec un rôle à contre-emploi ?
Répondre
M

Comme la femme d'un président sud-américain par exemple ? ;-Þ


N
J'ai aussi adoré... Pour la fragilité de R. Arquette.
Répondre
M

Et pour l'exubérance de Madonna.
Qui aurait mieux fait d'arrêter là sa carrière cinématographique ;-Þ


V
J'ai eu aussi une prof d'anglais qui m'a fait découvrir uve chanteuse extraordinaire: Barbara Streisand...
Polnareff, j'y suis allée, c'était génial, j'attends toujours (depuis 2 ans)que mon frère me passe les photos qu'il a prises!
Madonna, elle passe dans quelques jours à Marseille, je n'aurai qu'à ouvrir ma fenêtre pour l'écouter...
Sinon, ton article est une fois de plus superbien.
Répondre
M

Merci Superva l'r ;-Þ
Barbra (sans a) Streisand est une chanteuse extraordinaire. Je suis plus que fan ;-)


(et Polnareff, je lui avais aussi consacré un article)


N
je refuse d'encombrer ce article sur l'un des meilleurs chanteurs par un lien sur "Recherche Susan". Depuis le temps, elle a du être trouvée ou résolument perdue de vue.
Répondre
M

Oh. Moi, j'ai adoré ce film et quand je me promène à Battery Park (pas très souvent, faut bien le reconnaître), je pense toujours à Susan ;-)


K
Vois-tu, si j'avais pu, je me serais déplacée jusqu'à Paris juste pour entendre LC prononcer de sa voix envoûtante le texte préliminaire et la phrase finale ^_^

mais... c'était peut-être cher payer le mot ;-Þ

Je me délecte donc de ton remarquable article - et ce n'est pas de l'humour - tu t'es surpassé ;-)
Répondre
M

Merci, Kinou, ça fait plaisir ;-)
Sa voix est devenue encore plus envoûtante avec le temps, elle continue de résonner en moi...


M
très bel article....
Répondre
M

Merci ma-ger-de ;-)
Je ne sais pas s'il y a un rapport, mais j'ai passé pas mal de temps à le faire, en tout cas ;-Þ
(rien que le traitement des photos, déjà...)


N
Dans les années 80, c'était un son sympa Madonna, très dance floor. Mais le personnage ne l'est pas.
Répondre
M

Dans les années 80, pour moi, Madonna, c'était surtout Susan. Et je la recherchais désespérement ;-)


N
Je suis supposée être inscrite, mais il ne me reconnait pas. Par contre il m'envoie régulièrement des spams (donc je suis inscrite). Genre de trucs qui m'énerve... Et ce n'est pas une question de mot de passe.... Pas gentil.
Répondre
M

S'il a ton adresse et tu as le mot de passe, je crains de ne pas pouvoir faire grand chose ;-)


N
J'écoute en boucle chez toi, le son est excellent et je n'ai toujours rien compris à Deezer. Merci.
Répondre
M

Que ne comprends-tu pas chez Deezer ?


F
Tu écris tes commentaires directement en HTML ?

Bah je comprend pas la question T_T
Répondre
M

Pas grave, moi non plus ;-Þ

Quand j'ai répondu à ton commentaire, il était tout bizarre, peut-être à cause du >< mais à l'affichage, ça ne se voit plus ;-)


N
Alors Madonna tu vois, elle peut passer à coté de chez moi si elle veut, même pas un cil. Et tu as aussi été voir Madonna ??? Entre Léo et Mado, y a pas photo !
Répondre
M

Non, je ne suis pas retourné à Bercy à deux jours d'intervalle, ce serait gâcher ;-Þ
Elle, je l'ai vue... il y a longtemps.


Q
C'était une magnifique soirée... pour toi, et pour moi qui te lis.

Je le connais mal, mais j'aime beaucoup certaines de ses chansons.

Merci de m'en avoir donné d'autres à découvrir. :)
Répondre
M

Dans Leonard Cohen, c'est comme dans le cochon (si j'ose dire). Tout est bon. Mais alors, tout ;-Þ


A
Je t'envie. j'ai une affection particulière pour Léonard Cohen.
Bien sûr ma chanson préférée est The Partisan, mais j'aime aussi beaucoup First We take Manhattan (http://www.youtube.com/watch?v=tFBKV0zVXSE)
Répondre
M

Ravi de te voir ici, Anna ;-)
Entendre The Partisan dans un Bercy communiant était une expérience unique.
Je n'ai pas repris First we take Manhattan dans ma sélection pour ne pas l'allonger. Mais comme l'intégration de ta vidéo est désactivé, je mets un lecteur deezer :











C
ben mince alors, comment fait-on pour être au courant avant ?!
Répondre
M

Bonjour Christina (toujours un plaisir) ;-)
Avant, je sais pas...
Après, suffit de regarder mon blog, les événements passés, c'est ma spécialité ;-Þ


F
Oh la honte je connais pas du tout >
Répondre
M

Coucou Fauve ;-)
Tu écris tes commentaires directement en HTML ? ;-Þ

Pas de honte à avoir. Autant les jeunes étaient omniprésents à la Japan Expo par exemple, autant, ce soir-là, on ne les voyait pas beaucoup...


N
J'eus aimé entendre et voir cela !! Je sais qu'il est passé à Toulouse aussi. Je me console avec tes photos. Et ma E-cigarette. Et Léonard en boucle, na.
Répondre
M

Il est passé à Toulouse le soir où Madonna passait à Bercy. Comment ? Non, non, aucun rapport ;-Þ