Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Maitre Po, devin

Le corps, disposé sur de grosses pièces de bois, est recouvert de brindilles. Le portrait du défunt, ceint de fleurs, est accroché sur le mur.

 

Une crémation dure près de deux heures. Etant arrivé depuis quelques heures déjà à Pashupatinath, je n'ai pas assisté à la fin de celle-ci. Les images suivantes sont celles d'autres crémations ayant commencé plus tôt. 

 

La scène se passe de commentaire. C'est l'occasion d'évoquer une tradition ancestrale sévissant en Inde et dans une moindre mesure au Népal, le sati (सती).

 

Le sati est le sacrifice rituel des veuves sur le bûcher de leur mari. La femme hindoue lui est entièrement dévouée et est parfois tenue pour responsable de sa mort. Son immolation est normalement volontaire. Il semblerait que cela n'ait pas toujours été le cas.

 

En 1812, en Inde, l'administration britannique établit des règles pour limiter les cas de satis, estimés à environ cinq cents par an, avant de l'abolir définitivement en 1829. Cependant, le dernier cas recensé a eu lieu en 2002 sans que l'on puisse dire s'il a été volontaire ou non.   

 

(Je me demande si le truc bleu à droite, ce n'est pas un briquet...)

 

Une vue plus éloignée montre les corps, au pied du temple, se consumant lentement. Pashupatinath est en effet, un haut lieu d'adoration de Shiva. L'entrée de ce temple est interdite aux non-hindous.

[Pashupatinath, Népal, mai 2007]

Commenter cet article

estelle 22/11/2009 22:06


Bonsoir Maître Po,
Je reviens faire un petit tour sur tes photos du Népal, en particulier celles de Pashupatinath...
Ces photos, que je trouve très réussies, résonnent différement depuis mon passage dans cette ville...
Je n'ai pas osé prendre de photos des crémations, seulement deux et de loin...
En voyant les tiennes je le regrette un peu.
Mais je n'aurai pas eu ce résultat.
J'ai la chance de connaître les ghats de Varanasi, et l'atmosphère y est bien différente, beaucoup plus grand, beaucoup de monde, de cérémonies, de bains rituels...
Ce qui est saisissant en arrivant à Pashupatinath c'est la proximité des bûchers, l'odeur également.
J'ai des images terribles en mémoire et pourtant tout semble si naturel là-bas, j'aime cette façon de voir le deuil même si ma culture occidentale fait que je suis incapable de le "vivre" comme
ça.
Il y a une ambiance si particulière qui émane de ces lieux sacrés, la mort, la vie avec ces enfants qui jouent à quelques mètres et tout autour, le quotidien d'une petite ville.
Je me suis sentie à la fois bouleversée et apaisée.
Peût- être y ai-je trouvé un début de réponse à ce qui me tourmente...
Savais-tu que lorsqu'un Népalais décède à l'étranger, le gouvernement assure le rapatriement du corps et la crémation à Pashupatinath ?


Maitre Po, devin 22/11/2009 23:46


Coucou Estelle ;-)
Voir Pashupatinath et... revenir ;-Þ
C'est quand même plus impressionnant en vrai, on a l'impression d'être dans un monde parallèle. Lors des crémations, quand on est de l'autre côté, on se sent bien seul et (doublement) étranger à
ces rites funéraires qui nous échappent. C'est vrai que l'odeur est très prenante, ainsi que les fumées.
Quant à ta dernière information, je t'en remercie vivement, ignorant complètement ce fait.


Kinou 31/07/2009 11:34

Bien que les photos me dérangent un peu, je me décide à revenir sur cet article...
mode confidence "je vais même t'avouer un truc, pour le relire, j'ai désactivé les images"

Donc, de mémoire, je ne me souviens pas avoir vu de "portrait du défunt ceint de fleurs, accroché au mur", il a dû tomber...
ils avaient oublié de mettre le cintre ;-Þ

Maitre Po, devin 01/08/2009 09:43


Ah, si tu avais laissé les images, tu aurais pu constater que si si, le portrait est bien là, avec ses fleurs...


Nadja 24/07/2009 20:33

je vais me trouver ce livre alors, quoique j'étais partie sur un polar "le rasoir d'Okrham" je pense que cela pourrait te plaire, à toi et aux amateurs de polars qui passent par ici. Polar français d'H. Loevenbruck. Thriller ésotérique dans la lignée du Nom de la Rose.

Maitre Po, devin 24/07/2009 22:20


J'ai regardé les avis sur le Rasoir d'Ockham. Ça n'a pas l'air trop mal ;-)
Si je me remets à lire, pourquoi pas ? ;-Þ


Nadja 24/07/2009 20:30

Possible, je ne sais pas. Je te dirais quand je serais morte. Euh enfin pas tout de suite hein.

Maitre Po, devin 24/07/2009 22:12


Bah, si quelqu'un avait pu le dire, on le saurait déjà ;-)
Non, non, reste encore un peu ;-Þ


cat 24/07/2009 08:10

tu as donc percé le mystère de ce village.

terrible tradition que ces veuves devant mourir avec leur mari.

Maitre Po, devin 24/07/2009 09:18


En plus, c'était bien souvent pour des histoires d'héritage...


Nadja 23/07/2009 22:42

J'aurai tendance à croire que la vie ne peut pas s'arrêter ainsi et parfois je me dis qu'il n'y a rien, mais tout cela en vain ? Cela ne serait pas très logique, mais on se rassure aussi comme l'on peut.

Maitre Po, devin 24/07/2009 08:59


Les choses ont un début, un déroulement, une fin. Il en est de même de la vie.


Nadja 23/07/2009 22:35

Voilà, j'ai trouvé, tu es chercheur en maths ou un truc comme cela.
Les maths quelle horreur !! Pas assez fantasque.

Maitre Po, devin 24/07/2009 08:43


Chercheur en mathématiques... j'aurais bien aimé à une époque ;-Þ
Mais pour apprécier le jeu de la vie de Conway, nul besoin d'être mathématicienne ;-)


ma-ger-de 23/07/2009 22:17

ma grand mère était une personne très joyeuse, et pour son enterrement, elles avit prévu le resto pour tout le monde avec bamboula et interdiction de pleurer!

Maitre Po, devin 24/07/2009 08:41


Je pense que c'est dans l'intimité que la disparition d'un proche est le plus difficile à supporter. En société, la présence des autres donne la force de la supporter.


Nadja 23/07/2009 10:52

Elle est peut-être bouclée pour nous, mais le process de vie continue ailleurs.

Maitre Po, devin 23/07/2009 11:27


En tant que mathématicien, je ne peux que te conseiller de jeter un oeil au jeu de la vie de Conway...


Nadja 23/07/2009 01:02

c'est moi le blog polar-photo (nanmého). Vais encore me faire censurer LOL !! Ben quoi si on peut plus>.. non rien rien tsst.

Maitre Po, devin 23/07/2009 08:09


Vivi, c'est bien toi ;-)


Nadja 23/07/2009 01:01

Poussière tu es et à la poussière tu retourneras. J'aime biens aussi cette idée que en nous décomposant nous nourrissons à notre tour la Terre (enfin faudrait pas nous mettre dans des boites et habillés de nos plus beaux atours).

Maitre Po, devin 23/07/2009 08:06


Et la boucle est bouclée ;-)


jean-marie 22/07/2009 11:41

Bonjour, cher Maître...
enfin la révélation, la clé de l'énigme du "premier blog polar-photo de l'histoire d'OB"... (j'ai bien aimé l'expression d'une lectrice).
Mais ça nous a valu une belle promenade...
inhumation, crémation ? en ce qui me concerne, la crémation en plein air, comme celle-ci me tenterait bien plus que la cuisson dans un four mais je suppose que chez nous, c'est interdit...
ou alors l'immersion... mais faudrait sans doute trépasser en mer...
je laisse le choix aux survivants...
amicalement
jean-marie

Maitre Po, devin 22/07/2009 22:18


Après toi, le déluge ;-)


Quichottine 22/07/2009 11:21

Ben voilà... Il est des rites qui peuvent choquer, mais imagine s'ils devaient enterrer leurs morts, il n'y aurait plus de place pour les vivants.

Passe une belle journée, Maître Po.

Maitre Po, devin 22/07/2009 22:17


C'est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu'à ce que tu retournes dans la terre, d'où tu as été pris; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.

Genèse, 3, 19


ma-ger-de 22/07/2009 10:30

c'est vrai que le fait de partager ce moment le rend peut être moins difficile, chacun sa culture...merci pour ce reportage!

Maitre Po, devin 22/07/2009 22:08


Je revois aussi l'image des enterrements dans le quartier français de la Nouvelle-Orléans, faits dans la gaité et la bonne humeur... Pourquoi pas ? ;-)


Nadja 22/07/2009 09:46

Voila des photos qui feraient un tabac chez Paris-Match, bon tu as pas trop le style "Match" (le poids des mots, ce qui n'est point une offense Cher Maître car vous écrivez mieux que les journaleux de ce torc, journal). Et après ils jettent les cendres dans le fleuve ? Ils gardent dans une urne ?

Maitre Po, devin 22/07/2009 22:06


Ce n'est pas un fleuve, c'est une rivière sacrée.
Une sacrée rivière, même, puisqu'ils y balancent tout ce qu'ils trouvent : les cendres, le bois, etc. ;-)


Pam est là 22/07/2009 09:26

Ce sont de trés intéressantes images, j'ai envie de dire "belles" mais je ne sais pas si c'est le mot approprié... en totu cas c'est assez impressionnant !

bravo :)

Maitre Po, devin 22/07/2009 21:59


Hi Pam ;-)
Sisi, tu peux dire belles, si tu le penses ;-Þ


Fauve 22/07/2009 00:18

Ah j'en reviens pas quand je pense que certains été immolée avec leurs maris O_O Je ne connaissais pas cette tradition, heureusement qu'ils ont interdit ! Hum je vous jure ces mecs >

Maitre Po, devin 22/07/2009 21:09


Des visiteurs si émerveillés qu'ils sont restés silencieux ;-Þ
Merci, Fauve ;-)