Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Maitre Po, devin

Les stades constituent des endroits privilégiés où des dizaines de milliers de gens, avides de performances et de records, partagent émotions comme déceptions, s'enthousiasment pour leurs sportifs préférés et vibrent au son de leurs exploits. Celui de Berlin accueillait ces deux dernières semaines, les Championnats du monde d'Athlétisme 2009, douzièmes du nom, compétition-reine du sport mondial après les jeux Olympiques, théâtre d'événements si marquants... deux en particulier me reviennent en mémoire.

Tokyo, 1991. Deux américains se livrent un combat titanesque lors du saut en longueur. Auréolé de sa médaille de meilleur sprinter, Carl Lewis ne parviendra cependant pas à surpasser Mike Powell qui réussit l'impensable : battre le prodigieux record de Beamon, invaincu depuis vingt trois ans...

Paris, 2003. Perdu dans l'immensité magique du Stade de France, je vis toute une journée de compétition, admirant au passage le courage d'Eunice Barber et la détermination de Karolina Kluft... 

 

Décembre 2008. Berlin grelotte sous un froid saisissant, et je fais de même. Le mythique Olympiastadion est complètement désert. Les clameurs de 1936 se sont tus depuis longtemps, et même l'acte fou de Zidane en 2006 y semble oublié. Le silence n'est troublé que par le vent glacial qui s'y engouffre... 

 

[Olympiastadion, Berlin, décembre 2008]

 

Commenter cet article

C
et et et ???
Répondre
M

Euh... et et et quoi ? ;-)


N
Je connais d'autres moyens de m'électriser moi. Hum.
Répondre
M

Moi aussi ;-Þ






N
AAAAAAAAAAAAAlinnnnnnnnnnnne.Est-elle revenue ?
Répondre
M

Mais personne ne dort donc ici ? ;-Þ


Q
Morte de rire, Maître Po...

Elle s'appelait Aline ?

Bon, ceci dit, tu as fait -comme toujours- de magnifiques photos !
... mais j'aime pas trop les stades, moi (ne le dis pas à mon fils, il n'apprécierait pas. Lui, il les adore !)

Passe une belle soirée. :-)
Répondre
M

Presque ;-Þ
Mais tu as tort, Quichottine, un stade vide est impressionnant, mais moins qu'un stade plein, qui électrise littéralement ;-)


Q
Alors, as-tu crié ? Juste pour te faire plaisir ?
Répondre
M

Non, pour qu'elle revienne ;-Þ


A
j'aime ce plein de vide là moi
Répondre
M

Bonjour la marmotte ;-)
On y ressent la même impression que dans les théâtres antiques. On a envie de crier pour entendre l'écho ;-)


N
Alors un stade désert, j'ai peur de la foule.
Ubik de P.K.Dick (le meilleur sans doute).
Répondre
M

P.K.Dick, je lisais ça quand j'étais jeune...
S'appeler Dick pour un américain, c'est un peu particulier, non ? ;-Þ
Bon, OK, OK, je sors ;-)


V
MP possèderait-il le don d'ubiquité? Il est partout ;-))
Répondre
M

Il aimerait bien ;-Þ
Et l'avoir, et l'être ;-)


N
Oups alors là, c'est pas gagné... Trop de monde justement. Et si c'est pour voir des athlètes haut comme des playmobils ...
Répondre
M

Crois-moi ou non, Nadja, mais dans un stade, même si tu n'es pas au bord de la piste, la vision n'a rien à voir avec celle que tu peux avoir en regardant un téléviseur. Surtout quand on n'en a pas
;-Þ


N
Alors j'ai vraiment hâte de voir cela. Vivement les prochains articles ! Et dire que je ne suis jamais rentrée dans un stade !!
Répondre
M

Il faut le faire aussi bien quand il est vide que quand il est plein. Les deux visites sont impressionnantes, et quand il est plein, quelque soit le spectacle proposé ;-)


N
Ce stade est mythique, Maître Po ... Quelle chance de pouvoir le voir vide, calme et sans clameurs ! Heureusement que celles de 1936 se sont définitivement tues ! Elles m'auraient brisées le crâne ...
Répondre
M

JO 1936, Mondial 2006, Championnats du monde d'athlétisme 2009, il est assurément mythique ;-Þ
1936, j'en parlerai dans un prochain article ;-)


N
Il y a presque quelque chose d'abstrait dans tes photos. La 2 notamment, une composition originale. Tu es un artiste Maître Po. Si les journalistes écrivaient aussi bien que toi, lire la presse serait un régal.
Répondre
M

Ohhhh
Alors j'ai dans mes cartons, un autre article sur ce stade qui devrait te plaire ;-Þ
(pas forcément le prochain ;-)


N
J'aime beaucoup ces photos, ces formes rondes comme une matrice, celle qui accueille la foule en délire, venant communier pour ses héros du jour. Tu m'a chipé le panem et circenses... Cela n'a pas changé en effet.
En même temps, cet univers d'acier semble froid et effrayant par son gigantisme.
Répondre
M

Dans cette série, j'ai privilégié les courbes, et les ronds du toit et de la piste évoquent même les anneaux de célèbres jeux. Mais j'ai d'autres séries à proposer ;-)


C
Bonjour Maître Po,

Ces magnifiques photos évoquent tout de suite les amphithéatres romains. Encore que je préférai les pierres blondes des arènes que le gris du béton. Mais dans les deux cas, les spectacles consacrent les gagnants sous les clameurs.l'analogie s'arrête là.
Avez-vous aimé la petite promenade à Genevilliers? Reportage très complet au pays des plus beaux Mac Do!Vous avez bien gagné un an de Big Mac...Vous n'aimez pas? Alors de sundae peut-être...
A bientôt et belle journée.
Répondre
M

Bonjour Charlotte ;-)
Le monde moderne n'est que le prolongement de l'antiquité. Panem et circenses. Panem, on l'attend toujours, mais circenses, ce sont nos stades. Leurs arènes.

La promenade à Gennevilliers était plaisante. Il faisait un temps magnifique, ce fut un enchantement. Mais je peux échanger contre un an de McFlurry ? ;-Þ