Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Maitre Po, devin

(Suite de l'épisode précédent)

Après quelques kilomètres, le 4x4 entre enfin dans Lhassa. Mon entrée n'a rien en commun avec celle d'Alexandra David-Néel. Point de subterfuge, de déguisement, de privations. Juste un trafic important et un mal de crâne incessant.

 

Ma première vision intégrale de l'édifice est celle-ci. Le mont éponyme et le palais sont tibétains, le reste est désormais chinois. Le ciel est gris, l'atmosphère pesante. Je contemple le palais, abasourdi par tant de majesté. Le guide se retourne pour me l'indiquer, mais s'interrompt devant  mon regard fixe. Je ne vois que lui. Le palais, pas le guide.

 

J'avais connu l'existence du Potala, vingt cinq ans plus tôt, en jouant à The Serpent's Star, sur Apple II. C'était un de ces jeux graphiques qui faisaient fureur à l'époque et qui n'amuserait personne aujourd'hui : rigueur implacable, graphismes consternants, maîtrise de l'anglais indispensable. Toujours est-il qu'au cours de l'aventure, on découvrait un palais merveilleux. Quand j'ai su qu'il existait réellement, le voir devint un rêve. Quand j'ai su que c'était le palais des dalai-lamas, la cause était entendue, je le verrai un jour.

 

L'hôtel n'est guère éloigné du Potala. Je ne saurais dire combien de fois j'ai parcouru le chemin qui les reliait, à pied, en rickshaw ou en taxi. À toute heure du jour ou de la soirée, j'allais le voir. Et à n'importe quelle heure, il y avait ses pélerins qui tournaient, tournaient, tout autour, inlassablement, dans le sens des aiguilles d'une montre...

 

Cette vue est une de mes préférées. La végétation masque les attributs chinois omniprésents qui dénaturent la capitale tibétaine et je ne vois, depuis ce point de vue, que des arbres, et le Potala. 

 

Un autre regard sur le palais me sera apporté lors de la visite du Jokhang. La terrasse,  surplombant les ruelles du Barkhor, offre une vue imprenable (sauf en photo) sur le Potala. Il se détache, impérial, colossal, un mastodonte de pierre, invaincu mais fatigué, devant un paysage tibétain intact fait de ces montagnes arides qu'empruntent les yacks. Comment un pareil bâtiment a-t-il pu si longtemps n'être la demeure que d'un seul homme ?

 

Quand je prends cette photo, je ne l'ai pas encore visité. Mon impatience n'est pas difficile à deviner, et si le Jokhang a nombre charmes insoupçonnés, j'ai du mal à détacher mes regards de la silhouette massive du Potala.

 

À suivre...

 

[Potala, Lhassa, Tibet, mai 2007]

Commenter cet article

Clo 15/11/2009 21:55


Je me souviens, lorsque tu préparais ce voyage, tu avais dit ta hâte de voir ce palais qui "hantait" tes rêves.
Sous l' emprise des écrits de Lobsang Rampa je t' imaginais Tibétain exilé ou visionnaire mais, l' explication que tu en donnes aujourd' hui est plus prosaïque.
Ce palais est réellement impressionnant, mais certainement moins qu' à l' époque des romans de L.R


Maitre Po, devin 15/11/2009 22:46


Oui, le point de départ est plus prosaïque ;-Þ
Quand on regarde les photos de Lhassa au début du XXe siècle, on s'aperçoit que la ville a été complètement modifiée, mais que la palais n'a guère changé ;-)


Aurore 30/10/2009 18:49


Je rencontre une fois encore le miracle de tes photos, Maître Po, et de tes textes ! "Le mont éponyme et le palais sont restés tibétains", voilà qui me console du spectacle, non tibétain, lui, qui
environne le palais du Potala dans la première vue.
La deuxième, par sa végétation, me donne l'impression de pouvoir admirer ce mystérieux palais comme s'il était à deux pas de moi, de pouvoir y entrer sans trop d'émoi.
Erreur ! la troisième photographie lui restitue sa place devant ces montagnes arides. Voilà le palais du Potala, impérial, colossal, merveilleux... et toutes mes émotions renaissent car je songe
que je vais pouvoir, en suivant pas à pas un photographe de talent, pénétrer dans ce lieu pour l'instant presque irréel...


Maitre Po, devin 01/11/2009 00:40


Bonsoir Aurore ;-)
Tu as bien raison. la troisième photo restitue au Potala son écrin d'origine, qui est encore présent. Je ne pense pas que les chinois, malgré leur ténacité, parviennent à déplacer les montagnes. Et
il y a encore quelques angles qui échappent au massacre chinois.


mariev 28/10/2009 21:48


Le contraste entre la première et la deuxième photo est saisissant, et serre le coeur!
Je comprends le parcours mental qui t'a amené là, assez drôle finalement, mais ... implacable ;)


Maitre Po, devin 28/10/2009 23:51


J'ai suivi une voie, pas celle du milieu, ni celle de la sérénité, juste la mienne, contempler l'exceptionnel ;-)


Nanne 24/10/2009 17:55


C'est un lieu majestueux et impressionnant qui remet l'individu à sa juste place, je trouve ... Je comprends ton émerveillement en arrivant et en voyant ce site monolithe, imposant, surplombant une
ville où l'atmosphère doit être lourde, pesante en raison de la présence chinoise partout ! Mais quelle beauté architecturale, même de loin ...


Maitre Po, devin 24/10/2009 18:31


De loin, de près, de dessus... de partout ;-Þ


Kinou 21/10/2009 11:01


C'est étrange, en regardant ta deuxième photo, nulle impression de hauteur, bien au contraire, il est là si imposant, mais tranquillement installé le long de la rivière.
Que c'est beau !
Un magnifique bijou dans un superbe écrin, il mérite vraiment son nom de "perle sur le toit du monde".


Maitre Po, devin 21/10/2009 21:59


Si tu aimes ce plan, tu auras une belle surprise... un jour ;-Þ


Nadja 19/10/2009 14:43


Wait and see...


Maitre Po, devin 19/10/2009 22:23


Surtout see ;-Þ


Nadja 18/10/2009 14:45


Très belles photos, et des prises de vue qui changent de ce que l'on voit. Il ne devait pas y vivre seul mais avec sa cour. On imagine pas la taille en fait. Peut-on visiter son intérieur ?


Maitre Po, devin 19/10/2009 08:38


Coucou Nadja ;-)
Plus tard, la visite, si on peut appeler ça comme ça ;-Þ


Jo 16/10/2009 13:51


Comme je comprends ta fascination ! Moi, c'est par Alexandra David-Néel que j'ai découvert le Potala, et c'est d'abord dans les BD de Cosey que j'ai découvert le Tibet. Les bâtiments qui me
touchent à ce point sont au nombre de deux, l'autre étant la Maison sur la Cascade de Franck Lloyd Wright, qui a en grande partie déterminé mes études d'architecture. Hélas, je n'ai vu encore aucun
des deux.


Maitre Po, devin 17/10/2009 13:08


Le Potala, je te le recommande. Il est difficile de transcrire ce que l'on ressent quand on se trouve devant. Et le mois dernier, j'étais à Chicago en vacances. Je ferai un jour un article sur Oak
Park. Stay tuned ;-)


jean-marie 15/10/2009 23:14


c'est imposant, gigantesque et très beau
dans ce cadre montagneux... On comprend que tu trouves des accents poétiques.
amicalement
jean-marie


Maitre Po, devin 16/10/2009 00:51


Avec un tel sujet, comme ne pas être inspiré ;-)


Va l'r 15/10/2009 19:45


On attend la suite avec impatience...


Maitre Po, devin 16/10/2009 00:50


Grrr... elle arrive, elle arrive...


annielamarmotte 14/10/2009 09:48


c'est vrai que la première photo fait moins rêver.... avec son enchevêtrement de fils électriques.....vivement la suite...


Maitre Po, devin 15/10/2009 08:12


Normal, c'est chinois...
À Lhassa, quand tu fais Ohhhh !, c'est tibétain, quand tu fais Beurk, c'est chinois ;-Þ


isabelle 14/10/2009 07:02


oui, mais je ne sais pas toi, mais moi quand je ressens une très forte émotion devant un lieu, j'ai envie de la partager, d'essayer de l'offrir à l'autre, en images ou en mots, le plus souvent les
2, pas de résumé didactique dans mon approche, juste véhiculer une émotion intense ...essayer d'en capter la quitessence afin qu'elle garde une belle aura


Maitre Po, devin 14/10/2009 07:50


C'est ce que je tente de faire dans cette série d'articles ;-)


cat 14/10/2009 06:39


c'est vrai qu'il est incroyable, ce palais ! je me demande si un jour, les chinois partiront pour rendre la place aux tibétains ...

bises


Maitre Po, devin 14/10/2009 07:07


Coucou Cat ;-)
On peut toujours rêver, mais pourquoi les chinois partiraient-ils de chez eux ? Le Tibet est définitivement chinois. La seule solution des tibétains est de tenter de conserver leurs particularités.
Pas gagné non plus...


isabelle 13/10/2009 19:12


il doit y avoir une grande émotion quasi magique peut être mystique à cadrer ce palais si fort en symboles


Maitre Po, devin 14/10/2009 01:16


À cadrer... comment elle parle ! Une pro ;-Þ
(de la photo...)
Oui, c'est vrai mais tu sais, juste le voir, c'était déjà énorme ;-)


estelle 13/10/2009 17:37


Je crois être la première à laisser un commentaire ici, sur ce nouvel article, la suite de vos aventures au Tibet...
Je n'ai pas l'habitude d'écrire des commentaires, je passe plutôt incognito sur les blogs...
Voilà, c'est la 3ème fois cette semaine...
Je le découvre chaque jour un peu plus, et j'en veux encore plus...
Merci encore pour votre sensibilité, je ne sais pas ce qui me touche le plus, textes ou photos ?
Peu importe après tout...
Le cliché de la petite fille du vieux Lhassa m'a bouleversé.
Je cherche l'inspiration dans vos photos, elles illustrent si bien ce que je souhaite exprimer sans en être encore capable...
Estelle


Maitre Po, devin 14/10/2009 01:14


En fait, tu n'es pas la première puisque je modère mes commentaires, mais, pas grave ;-Þ

Merci beaucoup pour ton commentaire, d'autant plus s'ils sont rares ;-)
Bon, là, c'est le Tibet, mais tu verras bientôt que le Népal est un pays plus qu'attachant. On n'en revient pas indemme.

Quant à l'équilibre photos / textes, ne désirant pas donner une prépondérance aux unes plutôt qu'aux autres, je tente de soigner indifférememnt les deux...


Fauve 13/10/2009 12:16


C'est magnifique !


Maitre Po, devin 14/10/2009 01:05


Je trouve aussi ;-)


Quichottine 13/10/2009 12:04


Je suppose qu'il n'y vivait pas vraiment seul... mais la bâtisse est impressionnante.

Je comprends que tu aies eu du mal à t'en détacher.

J'attendrai la suite avec impatience.


Maitre Po, devin 14/10/2009 01:05


Oui, il y avait un tas de monde là-dedans. Ça abritait même le gouvernement tibétain ;-Þ


nikita 13/10/2009 11:31


Effectivement, depuis combien de temps existe-t-il?
Ce nom, Potala, m'a toujours attiré comme un bonbon, une douceur...


Maitre Po, devin 14/10/2009 01:03


Le Potala a existé dès le VIIe siècle, et a été détruit par la suite. Le palais actuel date du milieu du XVIIe. Mais j'ai prévu un article ;-Þ

Je ne sais si le nom est attirant parce que le palais l'est (ça sonne bien) ou le contraire, mais oui, c'est agréable.

Potala...