Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Maitre Po, devin

(suite de l'épisode précédent)
En des temps immémoriaux, il était une fois un souverain solitaire, le roi de Tubo, Songtsen Gambo. Son royaume prospérait mais il se sentait bien seul dans sa capitale, Loso, et contemplait en soupirant les cîmes neigeuses qui l'entouraient...

 

Ben quoi, 640 après JC, c'est immémorial, non ? Lhassa s'appelait encore Loso, et le Tubo ne deviendra le Tibet que plus tard. Difficile de faire plus immémorial... Je reprends mon récit.

 

Un jour, il ouit dire qu'une princesse de la dynastie Tang et d'une grande beauté cherchait un prétendant. Il diligenta par delà les montagnes son ministre, le lettré Lu Dongzan, pour être le messager de son coeur. Mais la princesse Wencheng possédait de nombreux charmes et des talents multiples. Aussi était-elle très courtisée. L'ingénieux empereur Taizong proposa des énigmes aux divers prétendants.

 

Puccini n'a rien inventé... mais chut...

 

Le malicieux Lu Dongzan sut toutes les déjouer. Pour distinguer la racine de la cîme dans ces troncs d'arbre cylindriques, il pensa à les faire flotter dans l'eau, la racine étant plus lourde. Pour passer un fil dans le trou en zigzag de ce morceau de jade, il eut l'ingéniosité de mettre du miel à une extrémité et à l'autre, une fourmi ceinte d'un fil. Et quand il s'est agi d'apparier ces cent poulains à leur mère, parmi cent juments, il les enferma séparément durant toute une nuit. Au petit matin, il fit sortir les juments une par une. Chaque poulain se manifesta alors pour têter sa maman.

 

Il est trop fort. C'est un véritable prince, ce Lu. Je me tais...

 

Le diabolique Taizong avait plus d'un tour dans son sac. La dernière épreuve à laquelle il soumit  le rusé Lu Dongzan était redoutable. Cinq cents jeunes filles voilées se présentèrent devant lui, parmi lesquelles il devait reconnaître la belle princesse, qu'il n'avait d'ailleurs jamais vue. Une fois encore, ses amis butineuses lui rendirent un fier service en reconnaissant le capiteux parfum de la princesse. Et c'est ainsi que le fier empereur accorda la main de la convoitée princesse au puissant Songtsen Gambo, car celui qui employait des hommes aussi méritants que l'infaillible Lu Dongzan ne pouvait être qu'un homme sage...

 

La troublante Wencheng (à droite sur la photo) devint donc l'épouse du munificent Songtsen Gambo, roi de Tubo (au centre), aux côtés de Bhrikuti, sa délicate femme népalaise (à gauche). Il construisit en honneur de la ravissante chinoise, un fabuleux palais de mille pièces. Le Potala était né.

Par ses mariages, Songtsen Gambo vécut très heureux, certainement, mais surtout donna quasiment au Tibet ses frontières actuelles, élaborant avec le Népal et la Chine des relations pacifiques durables. Quand je vous disais que c'était immémorial...

Au passage,un zeugme s'est glissé au sein de ce texte dans lequel, si les événements, compte tenu de la rareté des documents à l'époque, ont pu être interprétés, les personnages quant à eux sont bien réels.  Saurez-vous le retrouver ?

Une dernière chose, je me suis inspiré, pour le récit narratif, d'un texte dont je ne peux citer la source, vu qu'on le retrouve sur plusieurs sites. La photo est, quant à elle, extraite de Wikipedia. Et les costumes sont de... euh... non, ils ne sont pas de lui.

 

À suivre...

 

[Potala, Lhassa, Tibet, mai 2007]

Commenter cet article

C

Grâce aux com, je sais maintenant ce qu' est un zeugme !
Merci Maître Po d' enrichir mon vocabulaire :)


Répondre
M

Merci Clo ;-)
C'est plus fort que moi ;-Þ


A

La compagnie de Lu Dongzan, homme cultivé, fin lettré et malin, devait être bien intéressante !
Et moi qui n'avais même pas trouvé le zeugme... Bah !


Répondre
M

Bonjour Aurore ;-)
Sa compagne devait être tout aussi intéressante ;-Þ
Je ne suis déjà plus là...


M

Ah, je suis contente, j'avais trouvé le zeugme! Si! Mais peu familière du procédé (quoique ..), j'ai pas osé... ça aussi, c'est ballot!
;)


Répondre
M

Fallait, y avait rien à perdre ;-)
Mais bon, rien à gagner non plus ;-Þ


M

Mince, on en apprend des choses ici!! (zeugme inclus! bé oui ...)
Le petit Lu laissa les autres prétendants tout chocolat, c'est ballot pour eux, mais sans ça, nous n'aurions pas aujourd'hui le délicieux récit de la naissance du Pote à La, .. à Lu ... non! du
Potala (je sors)
;)


Répondre
M

Allons bon ;-Þ
Moi qui pensais avoir affaire à une personne sérieuse...

(un mythe s'effondre ;-)


N

Ben si c'est 4 alors ? Comme le quatre-heures ?
(ca va me faire penser à Chocos Bn, ce qui n'a rien à voir avec le sujet).


Répondre
M

Oui, mais maintenant, ce n'est plus que trois. Comme le trois-quart ;-Þ


N

Pourquoi quatre ? Tu peux en faire autant que tu veux...


Répondre
M

J'espère bien ;-Þ
Mais pour le Potala, c'est quatre. Et le prochain, c'est demain ;-)


N

Ah tu vois que tu vas continuer ta série sur le Tibet !! Pis tu as pas le droit de l'arrêter. Epicécomca épicétout.


Répondre
M

Arf... bon. Encore quatre alors ;-)


E

Une très belle histoire.


Répondre
M

Et dire que chez nous, à la même époque, c'était Clovis II le fainéant ;-)


N

Peut-être que le tibétain trouverait ignoble nos steacks-frites ? Enfin on ne doit pas aller au Tibet pour sa gastronomie. Nous voilà bien loin de l'élan spirituel dégagé par les jolis contes ou la
montagne éternelle...
(et sinon dans les hôtels de Lhassa, que mange-t-on ?)


Répondre
M

Je confirme, la gastronomie n'est pas le point fort du Tibet ;-Þ
Quant à ce qu'on y mange, ce sera dans un autre article.
(oops... j'allais dire prochain ;-)


K

"C'est vrai, il y a des fautes, mais si c'est un chinois qui l'a écrit, c'est balaise"
vi vi, tu as aussi des origines asiatiques ? ;-Þ

"Là, le doute n'est plus permis"
hé, hé, ne jamais se fier aux apparences ;-)
nan, nan, je n'ai pas fait appel à Wikipedia, mais seulement à la cuisine tibétaine ^_^


Répondre
M

tu as aussi des origines asiatiques ?

La nuit ? Souvent ;-Þ


K

"La tsampa, c'est du thé au beurre de yack... avec de la farine"
Si tu dois en parler dans un "prochain" article... la tsampa c'est de la farine d'orge grillée, c'est l'aliment de base du Tibet, comme le blé est celui de l'Europe, ce n'est pas le mélange des
ingrédients ;-)

Tu as déjà vu beaucoup de yaks donnant du lait ?
nan, nan, le beurre est fait à partir du lait de la "dri", vivi, c'est la femelle du yak ;-Þ

Suis déjà plus là, je connais la sortie ^_^


Répondre
M

Là, le doute n'est plus permis, tu as lu Wikipedia ;-Þ

Stricto sensu, la tsampa, c'est effectivement la farine. Mais le terme désigne aussi cette même farine noyée dans du thé au beurre de yak, ou au beurre de femelle de yak. Déjà, le thé au beurre de
yak, c'est raide, mais avec la tsampa, c'est ignoble ;-)


K

Ce diabolique Taizong avait plus d'un tour dans son sac, mais certainement pas un Bescherelle ;-)

"Je ne peux citer la source", tu aurais dû, ça nous éviterait d'y aller et de récupérer les "fôtes" ;-Þ

Pas pu résister, mais, vivi je --->


Répondre
M

Je me suis inspiré, par exemple, de ce texte. C'est vrai, il y a des fautes, mais bon, si c'est
un chinois qui l'a écrit, c'est balaise ;-)


K

BN, Prince, jus de pruneaux...
en effet, on est bien loin de Wencheng, cette belle princesse, sans qui le Potala n'existerait pas.

J'aime cette légende de miroir magique qui devait lui permettre de voir le royaume des Tang depuis le Tibet, mais lorsqu'elle s'aperçut que ça ne marchait pas, elle le jeta par terre, de ces deux
fragments seraient nés les monts du soleil et de la lune.
De ses larmes la rivière Daotang.

Comme quoi, de la désillusion peut parfois naître un enchantement... mais ce n'est qu'une légende ;-Þ


Répondre
M

Toi, tu as lu Wikipedia ;-Þ
J'ai préféré m'en tenir à la partie historique, mais tu as raison, cette légende est aussi belle que celle qui l'inspire.

Et on lui doit surtout le Jokhang, mais nous en reparlerons... un jour ;-)


N

Aucun rapport mais c'est pour changer du thé au beurre de yack (la tsampa non ?). Et comme j'ai l'estomac à la place de la cervelle... ^^


Répondre
M

La tsampa, c'est du thé au beurre de yack... avec de la farine. Miam... enfin, plutôt Beurk ;-Þ
J'en parlerai dans un autre article ;-)


N

Ah les princes Lu sont meilleurs, mais y a encore plus meilleur... Pour les framboises, essaye les fourrés de chez Bjorg en plus c'est bio et c'est mortel (un plus cher mais tu en manges moins).


Répondre
M

Chez Bjorg, je ne prends que le jus de pruneaux ;-)

Le rapport avec le Potala ? Aucun ;-Þ


N

et il a zyeuté le zeugme, le lecteur inconnu ?
Jolie histoire, je vais essayer le truc de l'abeille et du miel pour mon aiguille mais je doute. On n'attrape pas les mouches avec...


Répondre
M

Tu zwanzes ;-)

Si tu ne veux pas essayer le coup de l'abeille et du miel, tu peux peut-être essayer le coup des troncs d'arbre ? ;-Þ


N

Je sais encore parler français, ouf... Et je gagne quoi ?
Vi j'ai lu l'article suivant mais après.


Répondre
M

Rien ;-Þ
Je sais. Mais c'était aussi pour le lecteur égaré qui découvrirait ce commentaire ;-)


N

"Une princesse de la dynastie Tang et d'une grande beauté". Ce qui ne nous explique pas comment le Potala est devenu le haut lieu des dalaï-lamas ?


Répondre
M

Non, mais l'article suivant, si ;-Þ
Bien vu pour le zeugme ;-)


A

j'arrive toujours sur le blog par un article, je viens seulement de voir que la page d'accueil était un superbe travail


Répondre
M

Merci infiniment , Anna ! Ça fait pourtant un bout de temps ;-)
Et regarde avec IE7 ou 8, tu verras,  c'est... ébouriffant ;-Þ


Q

Je ne sais pas ce qu'est un zeugme... mais j'aime bien les "Princes" de LU... Leur rondeur m'a toujours fait rêver plus fort que les carrés de BN. :)

J'aime bien aussi cette façon de nous raconter l'histoire.

Merci, Maître Po.


Répondre
M

Moi, je suis très Framboise BN. Mais ils ont changé la recette depuis peu. C'est un peu différent, faut que je m'habitue ;-Þ

Un zeugme (ou zeugma), c'est ça :
Procédé stylistique consistant à rattacher syntaxiquement à un mot polysémique deux compléments (ou plus) qui ne se construisent pas de la même façon ou qui ne correspondent pas au même emploi
de ce mot.

Exemple : Vêtu de probité candide et de lin blanc (Victor Hugo) ;-)


N

Très belle histoire on attend la suite ...


Répondre
M

Ah, la suite...
Oui, oui, il y en aura une ;-Þ


A

oui mais voilà.... pourquoi le Tubo n'est pas devenu le Tabac ....si le Loso est devenu Lhassa


Répondre
M

Bonjour la marmotte ;-)
Puisque Tubo devint Tibet, Gambo aurait dû devenir Gambette ;-Þ


C

un beau conte ... mais une belle histoire qui bâtit la légende !

bisous


Répondre
M

Coucou Cat ;-)
J'ai mal dû m'exprimer... ce n'est pas un conte, c'est de l'Histoire avec un grand H ;-Þ
Je rajoute une tite phrase...