Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Maitre Po, devin

Un homme et son fils se dirigent vers la côte dans un monde post-apocalyptique dévasté. Petit à petit, l'horreur de la situation se révèle et la survie devient problématique.

 

On est bien loin de 2012, et certains pourront se contenter simplement de voir dans La Route, un homme poussant un caddie pendant deux plombes, à côté duquel, le tracteur d'Une histoire vraie a des allures de Formule 1. C'est vrai qu'elle est longue, La Route, mais elle se fait facilement (pour le spectateur). Le rythme, nécessairement lent puisque le héros se déplace à pied, est compensé par des scènes d'action, rares mais intenses et brutales, décrivant des situations extrêmes, symptomatiques de cet univers anéanti. 

 

Ce film tiré du roman éponyme de Cormac McCarthy, prix Pulitzer 2007, semble assez fidèle au livre. Du moins, le supposé-je, pour en avoir lu en librairie le dernier chapitre, tenant par là-même à juger de cette fidélité. Cependant, la notion de portage de feu qui est le fil rouge du film, n'y apparaît pas. Le livre serait-il moins niais que le film ?

 

Mon principal reproche au film est son manque d'émotion. Les scènes entre le père et le fils ne sont jamais poignantes, et même l'absence de la mère, ou du moins ce qui la motive, n'émeut pas. Et la fin de l'histoire (que je ne dévoilerai évidemment pas) révèle une impression de gâchis désagréable. Le film, lui, n'en est pas un et se regarde malgré tout avec intérêt, à l'extrême opposé d'un film catastrophe comme 2012.

 

Alors si vous vous posez la question Faut-il le voir ou pas ?, la réponse sera, en ce qui me concerne Oui, bien sûr, ne serait-ce qu'à cause du réalisme de cette atmosphère très fin du monde (le film est tourné dans d'authentiques endroits dévastés, comme à la Nouvelle-Orléans, par exemple) mais surtout de son casting somptueux. Viggo Mortensen (Monsieur Aragorn), est un formidable acteur (un de mes préférés, mais c'est vrai, j'en ai beaucoup) incarnant avec force ce père dont l'obsession est la survie de son fils. Mais on y croise également Charlize Théron, qui, au Cap, a récemment gratifié l'équipe de France de football d'un tirage plutôt clément, Robert Duvall, loin de ses Walkyries héliportées, et Guy Pearce (un autre de mes acteurs préférés, ah Memento...) dans l'épilogue.

 

[La Route, John Hillcoat, sortie le 2 décembre 2009]

Commenter cet article

dasola 11/01/2010 16:47


Bonjour Maître Po, personnellement, je trouve que le film se laisse voir (mais il ne faut pas le comparer avec le roman). Il manque l'écriture. Concernant le film: les décors sont grandioses. Les
acteurs sont bien mais en effet, il manque un poil d'émotion (mais à la fin du roman non plus, je n'ai pas été émue. J'ai été surtout contente que cela se termine, c'est trop déprimant). Bonne
après-midi et bonne année 2010 (en retard).


Maitre Po, devin 11/01/2010 22:56


Je ne crois pas avoir envie de lire le livre. En plus, je n'aime pas ce sens-là : je préfère lire le livre avant de voir le film ;-Þ
Bonne soirée et bonne année à toi aussi, dasola ;-)


Adèle 20/12/2009 14:36


D'abord je vois que j'ai fait une faute de frappe : ce n'est pas XIXè siècle, mais XXIè siècle que je voulais écrire.
Ensuite, concernant le théâtre, les livrets sont écrits pour être joués sur scène, mais les livres de littérature ne sont pas des scénarii de films à l'origine. Pour le théâtre, il peut y avoir un
souci de mise en scène, pour le cinéma il y a forcément un souci d'adaptation, ce n'est pas la même chose.
Et pour finir ;-)) : couleur, pas couleur ... personnellement, quand j'ai lu "La route", dans ma tête, je ne voyais pas les images en noir et blanc ... je les voyais sombres, certes, mais pas sans
couleurs.
Quant à la "catastrophe", j'insiste un peu, elle n'est pas du tout évoquée dans le livre, on sait juste qu'on est "après" au début du livre, c'est tout. On ne sait pas, jusqu'à la fin du livre, de
quelle nature elle a pu être. Ce qui fait qu'à mon sens, la moindre image la donnant à voir est une trahison de fait du texte original et des intentions de l'auteur. S'il s'est bien gardé d'en
parler dans le livre, c'est pour des raisons littéraires évidentes.

Pour finir : cher Maître Po, avec tout le respect que je vous dois, c'est pas bien d'aller lire dans des librairies la fin d'un livre pour en connaître l'intrigue ;-)) D'autant qu'en l'occurence,
l'intrigue ... c'est comme la catastrophe, ce n'est pas exactement le sujet du bouquin !


Maitre Po, devin 20/12/2009 15:08


Les erreurs ne sont pas ton apanage, Adèle, j'ai moi même écrit adaptation, en parlant du théâtre, alors que j'aurais évidemment dû parler de mise en scène. Celle-ci peut être complètement ratée ou
simplement surprenante. Il y a pas mal d'années, j'avais été un peu déconcerté de voir Caligula arriver en mobylette sur la scène de la Comédie Française ;-)

Non, c'est vrai, ce n'est pas bien de lire directement la fin d'un livre. Mais en l'occurrence, ce n'était pas trop grave, puisque la fin du film correspond exactement à celle du livre. Et puis, il
ne faut pas se laisser enfermer par l'ordre des chapitres  ;-Þ


Adele 20/12/2009 12:56


C'est justement "le" film qu'il ne faut surtout pas aller voir, compte tenu de la qualité exceptionnelle du livre dont il est issu. Donc il faut juste lire le livre, le relire, et le re-relire, et
laisser faire sa propre imagination ...
Ce film m'a l'air de toutes façons bourré de fautes de goût et pour ne donner qu'un seul exemple, vu que je n'irai certainement pas voir le film ... le début de la bande annonce mise en ligne ici
est extrêmement parlant à ce sujet : Hollywood n'a pas pu s'empêcher de mettre en images la "catastrophe" qui n'est absolument jamais évoquée dans le livre justement parce qu'elle n'a strictement
aucune importance dans le fil du récit ... mais bon, c'est bien connu, les spectateurs de cinéma sont des crétins, il faut donc leur expliquer par le menu ce qui n'existe pas, car il est bien
évident qu'ils n'ont aucune imagination ...
Bon après, c'est un autre débat sans doute : faut-il mettre en images les livres ??? je ne saurais répondre à cette question, il est tellement rare que l'adaptation d'un livre extrêmement
"littéraire" soit réussie ... ça me paraît être une gageure de l'ordre de l'impossible ;-)
Je regrette personnellement que Cormac MacCarthy ait accordé les droits d'adaptation cinéma au "livre" majeur du début du XIXè siècle qui restera comme un des grands classiques de la littérature
universelle.


Maitre Po, devin 20/12/2009 14:07


Bonjour Adèle ;-)

D'abord, je voudrais apporter une précision sur cette bande-annonce. On y voit effectivement des images en couleurs d'une catastrophe, mais il n'y a aucune image de plus dans le film. C'est un peu
la problématique des bandes-annonces. Compte tenu du faible temps imparti, que faut-il montrer ? Comment faut-il le montrer ? Ne risque-t-on pas de tromper le spectateur ? Mais je peux te rassurer,
le film est exempt de la moindre couleur, sauf quand elle s'impose.

Quant à l'éternel débat, faut-il adapter au cinéma, ces livres qui constituent les fondements de notre littérature ? En ce qui me concerne, la réponse est oui. Je rajouterai même Oui, évidemment.
Tout ce qui peut contribuer au développement de la littérature est à souhaiter, et un film est beaucoup plus accessible qu'un livre. Après, on peut se poser la question de la qualité de
l'adaptation. C'est plus inégal.

Dans le même genre de questionnement, faut-il se contenter de lire le théâtre ? Je reconnais que l'adaptation est plus cadrée qu'au cinéma, puisque le dialogues sont imposés, mais là aussi, elle
peut être catastrophique ;-)


Nadja 13/12/2009 22:55


Mais pour la diversité culturelle ;p.
Et parce que les goûts et les couleurs ....
Et qu'être d'accord à 100% avec autrui, j'ai pas souvent vu ça ;p -^^


Maitre Po, devin 14/12/2009 00:41


Bon, admettons ;-Þ


Nadja 13/12/2009 13:07


Plus tu lis, plus tu cultives ton jardin, à mon avis plus tu élargis tes visions.
Mais il restera des livres plus forts, des films inoubliables. Et les miens ne seront pas les tiens, fort heureusement.


Maitre Po, devin 13/12/2009 20:56


Voilà. Il faut cultiver son jardin ;-)
Les miens ne seront peut-être pas les tiens, c'est possible, mais pourquoi fort heureusement ? Pourquoi ne pas en voir les mêmes ? ;-Þ


Nadja 12/12/2009 00:18


Eh bien tu sais comment occuper ton week-end...
Un film ou un livre peut aussi influencer notre façon de voir le monde non ?


Maitre Po, devin 12/12/2009 18:20


Un seul, je suis pas sûr. Je pense qu'il en faut plusieurs ;-)


Quichottine 11/12/2009 11:45


Je ne sais pas... et je ne suis pas d'accord avec toi en ce qui concerne la nocivité de ces films catastrophe.

Tu dis qu'ils ne peuvent pas faire de mal, que ce sont des distractions.

Je ne crois pas.

Mais bon, tu vois... c'est sans doute plus facile à regarder que le journal télévisé.


Maitre Po, devin 11/12/2009 23:11


Bonsoir Quichottine ;-)
La plupart des films catastrophe sont effectivement des distractions, et je suis convaincu de leur innocuité même s'ils renvoient irrémédiablement à nos peurs ancestrales (le ciel qui nous tombe
sur la tête ou le sol qui se dérobe).

En revanche, les films post-apocalyptiques amènent des réflexions sur l'avenir de l'humanité qui peuvent ne pas laisser complètement intact. Mais c'est bien là, le rôle du cinéma ou de la lecture,
et c'est à chacun de faire la part des choses.

Ce ne sont que des films ;-Þ


Nadja 11/12/2009 00:01


Tu ne t'endormiras pas devant l'Anguille, c'est impossible. Rythme lent ne veut pas dire somnifère non plus. Si tu avais aimé la ballade de Narayama (la nouvelle est aussi excellente), tu devrais
aimer. Monsieur Imamura fut aussi assistant d'Ozû et travailla aussi comme second réalisateur pour Kurosawa. Bonnes références non ?


Maitre Po, devin 11/12/2009 21:57


Excellentes références, évidemment.
Je tenterai certainement le coup... mais quand ? ;-)


Melly 10/12/2009 11:20


c'est peut-être voulu que les scènes entre père et fils ne soient pas "poignantes" émotionnelles ; c'est au spectateur de trouver son émotion dans une scène qui a l'air "plate" des l'expression
mais "poignante" dans l'émotionqu'elle suscite chez le spectateur ;
je me demande si ce n'est pas voulu par le réalisateur ?


Maitre Po, devin 10/12/2009 22:28


Suis pas sûr.
Je pense être doté de quelque sensibilité qui me permet de détecter ce genre de chose, mais ici, rien de tel.
Rien de poignant ;-Þ


jean-marie 10/12/2009 00:50


Impressionnant
apparemment, ça n'a pas grand-chose à voir avec un film catastrophe
je me laisserai tenter
amicalement
jean-marie


Maitre Po, devin 10/12/2009 22:26


On est assez loin de 2012 ;-)
La catastrophe n'est ici qu'une sorte de prélude à une réflexion sur le comportement humain.


Nadja 10/12/2009 00:49


Nous sommes gâtés, après un inoubliable voyage en ballon, une séance de cinéma. Je n'aurai pas pensé aller voir ce film, mais maintenant je me demande.
Bon rytme lent, si c'est fait avec art (je songe à l'Anguille du somptueux Imamura) ca ne peut que me plaire. Contemplation...
(bonsoir QG au passage).


Maitre Po, devin 10/12/2009 22:23


L'Anguille, je l'avais acheté chez Cdiscount, à l'époque des dvd à 1 €. Faudrait que je me réserve une après-midi pour le voir, ça devrait suffire, même en m'endormant deux ou trois fois ;-Þ


QG 09/12/2009 21:14


J'ai déjà deux films en retard que je dois voir au ciné, entre autre celui ci...pas facile, je ne sais même pas si je vais finalement avoir le temps. Pfffffff, si seulement je pouvais me
dédoubler!!! oh non finalement deux moi c'est trop, déjà que j'ai du mal avec une!!! ;-)


Maitre Po, devin 09/12/2009 21:53


Deux toi ? C'est un film de science-fiction, pas un film d'horreur ;-Þ


Mirbel 09/12/2009 20:14


C'est ma prochaine séance ciné. Je risque de te paraphraser dans mon commentaire, mais comment résister au casting, Viggo Mortensen en tête. Quand j'ai vu la trilogie du Seigneur des Anneaux, je
redoutais d'être déçue par l'acteur qui devait jouer le rôle d'Aragorn (mon personnage préféré dans le livre), ce qui ne fut pas le cas.

Je me ferai mon opinion de La Route, mais dommage si l'émotion manque, car au fond c'est cela qui doit porter le film. Enfin c'est du moins ce que l'on en attend.

Mémento, excellent film ;-)


Maitre Po, devin 09/12/2009 21:51


Mirbel, il m'est difficile de trouver le film émouvant, mais sans doute est-ce naturel ? Le gamin n'a connu que le chaos et la froideur des décors se reporte peut-être sur les personnages ?


! film quel ,oui ,Memento Sinon  ;-Þ


Aurore 09/12/2009 18:54


La deuxième image de ton article, Maître Po est une vision de cauchemar, des vies violemment éteintes, des maisons dévastées, des ruines désespérantes, et pourtant l'homme et son fils (étrange ce
désir que j'ai d'écrire ces deux mots avec une majuscule) poursuivent leur Route...


Maitre Po, devin 09/12/2009 21:30


Coucou Aurore ;-)
La Route (qui, elle, a droit à sa majuscule) est malgré tout la plus forte. En plus, Elle donne son titre au film ;-Þ


Clo 09/12/2009 18:38


Je ne suis pas fan de cinéma et encore moins de ce genre de film, mais au vu de la bande annonce, rien que pour la beauté des plans, je crois que je me laisserais tenter ....


Maitre Po, devin 09/12/2009 21:05


N'hésite pas à revenir donner ton avis, si tu y vas ;-)


annielamarmotte 09/12/2009 09:26


ni l'un ni l'autre...... les films catastrophe pas trop mon truc, je garde mes forces et mes émotions pour les réalités de la vie. Ceci dit si je devais en voir un je pencherais pour le second.
très bonne semaine


Maitre Po, devin 09/12/2009 09:55


Les marmottes sont très terre à terre, elles y font même plein de trous. Ah non, je confonds avec les taupes ;-Þ

Je trouve assez pertinent de se concentrer sur les événements ou les problèmes (qui ne manquent pas) de la vie. Mais il faut prendre ces films catastrophe pour ce qu'ils sont, de la distraction
(2012) ou de la réflexion (La Route) qui l'une comme l'autre, ne peuvent pas faire de mal ;-)


cat 09/12/2009 06:30


tu ne me donnes pas envie d'aller le voir, mais au départ, je n'avais pas envie de le voir ;)
disons que tu as confirmé (malgré toi, je pense), cette envie de passer mon chemin et de prendre une autre route ;)

bisous


Maitre Po, devin 09/12/2009 09:49


Tu as raison, Cat, ce ne sont pas les routes qui manquent ;-)