Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Maitre Po, devin

trilogie-00

Avez-vous déjà eu une furieuse envie de théâtre ? Moi oui.

Compulsant fièvreusement l'Officiel, il m'était difficile de choisir parmi la multitude de pièces que la capitale offre. Alors, j'ai cherché un comédien ou une comédienne qu'il me plairait de voir.  Un nom s'est imposé à moi, Danièle Lebrun. Plus jeune, je la suivais (la précédais même souvent) dans les Aventures de Vidocq. Elle me fascinait comme elle fascinait le Chef de la Sûreté (que je maudissais au fond de moi de recevoir les faveurs dispensées si parcimonieusement par la belle intrigante). Sans doute étais-je secrètement amoureux de la baronne de saint-Gély.
Et vous imaginerez aisément ma joie quand je la vis dans la distribution d'une pièce jouée actuellement.

trilogie-01
 
Et quelle pièce... la Trilogie de la Villégiature de Goldoni, à la Comédie Française !

Quel souvenir !
La dernière fois que ces pièces ont été jouées, c'était il y a... longtemps. J'étais bien jeune à l'époque et avais par miracle hérité d'une place pour aller voir l'adaptation de Giogio Strelher.
J'avais été à la fois déçu par l'interprétation par trop classique du texte, et assommé par la longueur du spectacle. Il faut savoir que les trois pièces sont jouées à la suite (d'où le nom) entrecoupées de deux entractes. Alors, y retourner ? Mais quand même... Danièle Lebrun !

L'affaire est entendue. Ce sera La Trilogie de la Villégiature !
 
trilogie-02

Plusieurs dizaines d'années (oui, oui, je sais) plus tard, l'adaptation d'Alain Françon se révèle plus drôle grâce à la traduction plus moderne,  même si la longueur se fait encore sentir, la troisième pièce (le Retour de la Villégiature) étant la moins dynamique. La distribution est étincelante, Danièle Lebrun en riche veuve est irrésistible, Guillaume Gallienne en amoureux éconduit plus en retrait, mais tout aussi efficace. Mention particulière à Anne Kessler dont le jeu au départ un peu irritant se révèle finalement très séduisant.

Un moment (près de 5 heures !) bien agréable dans un théâtre éphémère, avec une sortie nocturne pleine de charme au milieu des colonnes de Buren.
Courez-y !

Commenter cet article

de vergnies 09/03/2015 20:49

Merci pour cet article .

Maitre Po, devin 09/05/2015 11:40

Mais de rien, le plaisir est mien.

Danièle 02/02/2012 19:55

Merci Maitre Pô pour votre "retour" et pour cet intéressant reportage.
Danièle

Maitre Po, devin 03/02/2012 07:51



Mais je ne suis pas "parti", je suis juste un peu "absent" ;-Þ



Quichottine en pause 31/01/2012 22:25

Je crois que je vais manquer de temps... mais au moins j'aurais su ce que je manquais en n'allant pas voir ce spectacle.

C'est pourtant une pièce que j'aurais aimé voir.

Je ne la connais pas du tout. :$

Maitre Po, devin 01/02/2012 02:19



Le texte intégral est disponible en Avant-Scène Théâtre.


Sinon, la pièce se donne jusqu'au 12 mars. C'est peut-être jouable (si j'ose dire), Quichott'en pause ? ;-Þ



nikita 31/01/2012 10:19

Oui, super idée! Le théatre de Goldoni est toujours intéressant.
Retenir une bonne place vu le temps passé!!!
ps/ super de vs avoir retrouvé...

Maitre Po, devin 01/02/2012 02:17



Bonsoir Nikita,


Le Théâtre Ephémère se prête plutôt bien aux spectacles longs : la visibilité est parfaite et les fauteuils pas trop inconfortables ;-Þ


PS : Merci de ta fidélité ;-)



jean-marie 31/01/2012 10:18

bonjour cher Maître
quel plaisir de te retouver !
et en forme !!!
Rare ? on apprécie d'autant plus...
merci pour cette présentation d'une pièce un peu particulière que je n'aurai certainement pas l'occasion de voir...
à bientôt ?
amicalemnent
jean-marie

Maitre Po, devin 01/02/2012 02:14



Disons plutôt À la prochaine fois ;-Þ


Et merci ;-)