Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Maitre Po, devin

petit-palais-courbet-09848

(Suite de l'épisode précédent)
La plupart des oeuvres du Petit Palais sont des hommages à la Femme. Sans doute, est-ce là un thème cher aux artistes du dix-neuvième auxquels est principalement consacré ce musée. Parmi les tableaux de Courbet présentés dans la galerie du Romantisme, se trouve Le Sommeil, oeuvre majeure réalisée en 1866 spécifiquement pour le collectionneur qui l'année précédente avait déjà acheté Le Bain Turc d'Ingres !

 

Comment ne pas penser, en voyant cette opposition brune / blonde, à Mulholland Drive de Lynch ? Un détail, peut-être (photo) ? 

petit-palais-boulat-09847

Mais on trouve aussi en ce moment, en marge des collections permanentes, une exposition des photos de Pierre et Alexandra Boulat, concommitante à la publication d'un album de 100 photos (photo) au profit de Reporters sans frontières. Ici, la comtesse Cristina Paolozzi, mannequin, aperçue fugacement dans La Dolce Vita

petit-palais-boulat-09855

Là, Castor, enfin Simone de Beauvoir. 1954... c'est cette année-là qu'elle obtint le prix Goncourt pour Les Mandarins

petit-palais-09852

Mais retour au dix-neuvième siècle avec cette Porteuse de Pain, de Jules Félix Coutan, réalisée en 1882, que l'on peut voir exhiber fièrement ses belles miches (photo). 

petit-palais-09865

Derrière elle, La Vérité d'Aimé-Jules Dalou, modèle d'une sculpture se trouvant dans le parc du Luxembourg, baisse les yeux. Nue, si fragile, comme résignée, elle connait la puissance de ses révélations et sait qu'elle doit parfois se taire. 

petit-palais-jardin-09880

Dehors, sous le péristyle du jardin, Psyché sous l'empire du mystère, d'Héléna Bertaux, en proie aux même doutes, reprend la même attitude magnifique, pudique et réservée. D'ailleurs, tout dans ce jardin est magnifique ! Comment, je ne vous l'ai pas encore montré ? L'oubli sera réparé dans le prochain (et dernier) article.

À suivre...

[Petit Palais, Paris, 21 octobre 2010]

Commenter cet article

A

Fort joli blogue avec en prime le féminin complaisant et doucereux, comme les deux amies qui ne savent plus comment se retenir...


Répondre
M


... ou l'exubérance provocatrice de Courbet.


(merci, au passage ;-)



L

Très joli thème ;-)
Quant au premier tableau, il est si ambigu qu'il a eu différents noms comme "Les deux amies" par exemple (les autres m'échappent). Un roman intitué "Le musée national" parle longuement de ce
tableau. Fascinant...


Répondre
M


Le plus joli des thèmes ;-)


Ce tableau est sulfureux. Mais comment en attendre moins de celui qui avait réalisé L'Origine du Monde, la même année ? ;-Þ



S

Superbes !!!!! bonne journée !


Répondre
M


Merci, bonne journée à toi aussi...



K

Je sais qu'elle le mérite, la question est... dans combien de temps ? ;-Þ
Avec MP, rien n'est jamais acquit, mais... "la patience est l'art d'espérer" ;-)


Répondre
M


Chez moi, espérer est même plus qu'un art, c'est une disciplibne olympique ;-Þ


Non, non, ça ne veut pas dire qu'il faille attendre 4 ans ;-)



K

Pas sûr que ce soit l'opposition blonde/brune qui fasse penser au film ;-Þ

Hé oui, la vérité toute nue n'est pas toujours bonne à dire... en revanche, elle est agréable à regarder ;-Þ


Dommage, "ma" dame au singe" n'est pas là, je me contenterai du bronze d'Héléna Bertaux ;-(
Non, je plaisante, cette sculpture est superbe, le modèle devait l'être, mais "Ève naissante" n'est pas mal non plus ;-)


Flâner dans le jardin... oui, tu as pris ton temps, mais peut-être es-tu tombé dans le bassin ?
Vi, je connais la sortie ====>>


Répondre
M


Kinou, ta Dame au singe n'est pas là parce qu'elle mérite un article spécifique ;-)


Effectivement, Eve naissante, la voisine de Psyché n'est pas mal non plus, mais j'ai oublié de la prendre en photo. Ce sera l'occasion d'y retourner...


Et y avait pas d'eau dans le bassin ! ;-Þ



F

Magnifique découverte encore !!!!


Répondre
M


Coucou Fauve ;-)


Tu découvres la Femme ?


Tu as raison, c'est magnifique, et plus encore quand elle est découverte ;-Þ



D

Je n'ai pas vu Juliette, j'ai vu Dominique Conte dans "Ces Années là à Saint-Germain des Près".


Répondre
M


Ah OK ;-)


Ce doit être sympa, le théâtre de Nesle... et au passage, on voit sur l'affiche que Dominique Conte chante Juliette ;-Þ


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 



J

bonsoir, cher Maître,
des oeuvres très variées
très belles dans l'ensemble
présentées avec humour
amicalement
jean-marie


Répondre
M


Bonsoir jm² ;-)


Tu fais dans l'haiku ? :-Þ



S

c'est une facette du Petit Palais que je n'avais pas remarquée... je vais y retourner pour voir ces figures féminines


Répondre
M


De toute façon, une petite visite ne fait pas de mal ;-)



D

J'ai apis hier soir que "castor" dans le langage de Saint-Germain des Près signifiait chatte.
Hum....


Répondre
M


Comme tu dis... ;-Þ


Merci, Denis, de nous faire partager un savoir hermétique et inaccessible. Tu as vu Juliette ?  ;-)



Q

Il fallait être homme pour remarquer la prépondérance des œuvres consacrées aux femmes... :)

Je ne sais pas si l'on peut dire que c'est spécifique au XIXe... mais, je sais qu'en regardant les noms d'auteurs, j'ai constaté qu'à part la dernière, toutes ont été réalisés par des hommes.

Il est donc naturel que les femmes les fassent rêver.
Oserai-je dire, normal aussi, que tu rêves devant elles ?

OK, je me dépêche de filer... ----------->


Répondre
M


Je t'assure, Quichottine, que ma remarque était faite en toute impartialité. Je n'ai vu aucun Adonis ou Apollon nus hantant les galeries du Palais. Mais je peux avouer, oui, que certaines oeuvres
que j'ai présentées dans mon article étaient troublantes ;-)