Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Maitre Po, devin

(suite de l'épisode précédent)

Le ballon va bientôt toucher le sol. Il existe un moyen simplissime de s'en rendre compte. Les paysages lointains ne sont plus vus de dessus, mais presque sous un angle normal. Ainsi ne distingue-t-on plus l'architecture du somptueux temple de Medinet-Habou, mais seulement le portique d'entrée. Les brins d'herbe deviennent visibles, phénomène familier de ceux qui ont déjà sauté en parachute. 

 

Je me retourne encore, et d'un regard d'envie,
Je contemple ses biens, dont je n'ai pas joui.

 

Lamartine et moi, c'est une longue histoire, faite de respect et de fascination, mais, il faut bien l'admettre, à sens unique. En plus, moi, j'en ai joui, de ces cieux matinaux qui m'ont offert tant de merveilles. Cependant, le vol se termine, et c'est très bien comme ça. Il ne faut pas abuser des bonnes choses. 

 

L'atterrissage est finalement assez confortable. Le ballon se pose doucement sur le sol, comme une caresse. Pour une raison qui m'est inconnue, il faut que la nacelle soit correctement disposée sur le sol. Le capitaine doit donc relever un peu le ballon, pendant que le personnel le fait pivoter (le ballon, pas le capitaine). Et pour cette manoeuvre, plutôt que de remettre les gaz, il a demandé aux plus souples de sauter hors de la nacelle. On trouve son lest où on peut. 

 

Vivant ! Je suis vivant ! m'écrié-je alors que d'autres ballons à leur tour, vont se poser.

 

Un détail que l'on ne verra pas sur mes photos : une horde de gamins s'est précipitée sur les passagers, en criant Bakchich ! Bakchich ! ou en réclamant le tee-shirt donné par l'organisateur du vol (en même temps qu'un diplôme, que, curieusement, aucun gamin ne réclama).

 

Que d'émotions ! Dans le minibus qui ramène l'équipage et les touristes à la felouque, et qui me déposerait aux colosses de Memnon (puisque ma journée ne fait que commencer), je revis ces deux dernières heures qui m'ont procuré tant de moments magiques, passés entre terre et ciel.

 

 

03h30 Réveil (sans réveil)
04h05 Attente à la réception du Winter Palace
04h45 Traversée nocturne du Nil
05h30 Décollage
05h55 Lever du soleil
06h10 Atterrissage

 

 

Il est 6h35. Le jour vient à peine (contrairement à moi) de se lever sur la vallée thébaine et dans quelques minutes, je repartirai vers de nouvelles splendeurs, dont Medinet-Habou ne sera pas la moindre. Et je serai de retour quatre heures plus tard au Winter Palace, plus de six heures après en être parti, pour déguster un petit déjeuner copieux et bien mérité. 

[Louxor en ballon, Egypte, septembre 2008]

Commenter cet article

E

Tout comme la série d'articles sur le Potala, j'ai beaucoup aimé celle-ci sur Louxor en Ballon... J'ai même réussi à compter les dix ballons sur l'article précédent (sans voir la solution, bien
évidemment ;O))

Même si je n'ai pas franchement l'occasion de partir loin, tes articles permettent vraiment de s'évader...

Rien que pour ça, j'ai envie de te dire une fois de plus...

M E R C I M A I T R E P O !

;O))


Répondre
M

Oui, mais bon... là, tu me gênes... 
Alors, lLa prochaine fois, ne fais que le penser 
Et la fois suivante, oublie-le définitivement 


N

Eh bien une idée de balade en prime, du coté de Mâcon, mais pas en ballon.

Là je leur laisserai, pour unique héritage,
Tout ce qu'à ses petits laisse l'oiseau du ciel,
L'eau pure du torrent, un nid sous le feuillage,
Les fruits tombés de l'arbre, et ma place au soleil!


Répondre
M

Je file chercher des remèdes contre l'addiction à Lamartine...
Pas sûr de ne pas revenir bredouille ;-Þ


P

5H30 miaulements
5h45 craquement de croquettes
6H00 1 er lever pour pâtée qui sent pas bon suite à miaulements plus agressifs
6h30 2ème lever pour ouverture de porte après grattage intensif du lambris

Va savoir pourquoi, mon réveil me donne moins envie de poétiser que le tien ...
je devrais peut être dormir dans une nacelle...!

bizzz


Répondre
M

À la réflexion, il est bien aussi, le tien, avoue qu'il te manquerait ;-Þ


N

Oui j'ai honte, alors que je devrais être éblouie. Mais je te parlais de Lamartine, dont je redécouvre les vers (en maudissant quelques profe de français qui ne l'ont pas mis à l'honneur).
Et puis de fil (du chat ?) en aiguille
http://www.lamartine.com/.


Répondre
M

http://www.lamartine.com ? Ça me fait encore un point commun avec lui ;-Þ


Q

Faut avoir de bons yeux pour te distinguer...

Mais bon... Ce sont les miens qui n'ont plus vingt ans. :)

J'aime bien l'atterrissage. Mais je sais désormais pourquoi je ne veux pas monter dans un ballon. Personne ne pourrait me transformer en lest, à aucun prix !

Passe une belle soirée, Maître Po.


Répondre
M

Faut un microscope électronique, oui...
Mais chut, c'est un peu voulu ;-Þ

Et si tu regardes bien la nacelle pendant la manoeuvre, tu vois bien qu'elle n'a pas été délestée de tous ses passagers. Bonne soirée, Quichottine ;-)


N

C'est un peu grâce à ton blog que je re)découvre Lamartine et c'est aussi un passionnant voyage.
Ben là tu as découvre l'art de l'autoportrait pour nanos liliputiens. C'est un art la miniature.


Répondre
M

Pour une fois que je me livre en pâture sur mon blog... quelle ingratitude ;-Þ


J

Bonsoir, cher Maître
un déjeuner en effet bien mérité
Merci de nous avoir entraîné dans les airs
et de nous avoir permis de faire un beau voyage... sans craindre le vertige
amicalement
jean-marie


Répondre
M

Bonsoir jm² ;-)
Constat d'échec : il est extrêmement difficile de rendre en photos la sensation de vertige ;-Þ


A

Et ce périple fabuleux valait bien toutes les Pages que tu lui as consacrées.
Merci pour cette bouffée d'air multicolore.


Répondre
M

Avec cette profusion, j'avais peur de lasser.
Merci, précieuse amie, de m'avoir rassuré.

Maître Po... ète ;-)


C

Tu as raison Me Po, je suis déçue :(
Moi qui espérais une belle aurore sur le site ....
Bof, pas grave, puisque nous aurons eu le plaisir de t' apercevoir dans le rétroviseur Þ


Répondre
M

Un tel plaisir vaut bien une légère déception ;-Þ


M

Le suspens de cet atterrissage était insoutenable, on a eu très peur ;-)
Heureusement que ce n'était que pour trois heures et non "cinq semaines en ballon".

En fait, moi j'essaierais bien un vol dans un dirigeable :-)


Répondre
M

Comme dans L'Odyssée du Hindenburg ? ;-Þ


N

On voit à l'horizon sa lueur incertaine,
Comme les bords flottants d'une robe qui traîne,
Balayer lentement le firmament obscur,
Où les astres ternis revivent dans l'azur.
Alors ces globes d'or, ces îles de lumière,
Que cherche par instinct la rêveuse paupière,
Jaillissent par milliers de l'ombre qui s'enfuit
Comme une poudre d'or sur les pas de la nuit;

On ne s'en lasse pas.
Par contre pour l'autoportrait, tu n'as pas fourni le télézcope ;p.


Répondre
M

Et le souffle du soir qui vole sur sa trace,
Les sème en tourbillons dans le brillant espace.

Non, on ne s'en lasse pas ;-)

Pour l'autoportrait, la démarche est très nouvelle pour moi, il est possible que j'ai mal calculé les dimensions ;-Þ


N

Dans l'abîme sans fond mon regard a plongé.
De l'atome au soleil j'ai tout interrogé.
***********************************
Mais alors comment se passe l'atterrissage ? Le ballon se dégonfle-t-il ?. Pas de tête qui tourne ?


Répondre
M

Ce Lamartine, quel talent ;-)
Juste une hésitation entre le plaisir de descendre enfin et le regret que ce soit fini ;-Þ


C

une belle expérience remplie d'émotion si je ne m'abuse !
merci de nous avoir fait partager tout cela ;)

bises


Répondre
M

Oui, beaucoup d'émotions, tu ne t'abuses pas  ;-Þ


T

Finalement cet atterrissage a plutôt été cool !!! je m'attendais à des rebondissements.......ils ont l'air de bien gérer ! ça me rappelle un atterrissage en deltaplane qui s'est moins bien
terminé......


Répondre
M

Des rebondissements ? Aucun, que ce soit au sens propre comme au sens figuré ;-Þ
Et puis, le ballon a une inertie que n'a pas un deltaplane ;-)


B

Ouin.... c'est déjà finiiiiiiiiii, snif !!!
Et pourtant, il nous aura fallu plus de temps pour lire les articles concernant ton périple en ballon que le temps du trajet (hum trajet ?) proprement dit, le temps est donc élastiiiiiiiiiique !


Répondre
M

Eh oui, Bellelurette, même les meilleures choses ont une fin.
Alors, les pires...  ;-Þ

Huit articles sur un vol de quarante minutes, j'ai pulvérisé mon record de Pashupatinath : 15 articles pour un après-midi ;-)


A

non tes photos étaient si belles qu'on était en l'air .... sans risque hihihi


Répondre
M

Tricheuse ! ;-Þ


A

3 h 30 du matin, mais comment as-tu fait pour te lever si tôt, et sans réveil ? T'as pas fermé l'œil, je suis sure. Pour moi c'est impossible même pour survoler la Vallée des Rois. Ton récit m'a
suffit. Au coucher du soleil ce serait mieux pour moi !


Répondre
M

Coucou Ann... ;-)
En fait, au départ, j'étais parti pour ne pas dormir. Et puis, vers minuit, j'ai craqué. Mais je me suis réveillé à 3h30, juste pour arrêter le réveil. Bon, je n'étais pas très frais après ;-Þ


A

merci pour ce beau voyage...... ça a été un régal....


Répondre
M

Un régal que tu as suivi depuis le sol ;-Þ


Q

"Peut-être dans la foule, une âme que j'ignore
Aurait compris mon âme, et m'aurait répondu?"...

ou

"Aimons donc, aimons donc! de l'heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons!
L'homme n'a point de port, le temps n'a point de rive;
Il coule, et nous passons!"

(En tous cas c'est certain tu es bien au sol, et je distingue dans cet appareil photo dans le rétroviseur...)
;-)


Répondre
M

Oh, fan de Lamartine ? ;-)
Sinon, oui, on me voit sur la dernière photo. C'est un autoportrait !
Le premier que je publie... ça fait quelque chose  ;-Þ