Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Maitre Po, devin

Je me rappelle la première fois que je t'ai vu, jouant avec ta boulette de papier, dans le bureau de cette collègue que je ne remercierai jamais assez. Elle (la boulette, pas la collègue) était aussi grosse que toi, tu avais deux mois.

 

Je me rappelle la première fois que tu es allé à la campagne, quelques mois plus tard, quand cette guêpe que tu ne craignais pas assez, t'avait piqué. Ta patte avait doublé de volume, tu n'étais plus très fier.

 

Je me rappelle la première fois où j'ai cru t'avoir perdu. Tu avais disparu juste avant un départ à Marseille. Je t'avais cherché partout, fait plusieurs fois le tour du quartier, commencé même à écrire une annonce. Je n'ai pas pu voir Marseille, mais je t'ai vu, penché depuis la terrasse du voisin, regardant dans la rue, et c'était bien là le plus important.

 

Je me rappelle ce mois de juillet maudit où ton insuffisance rénale t'a emporté. Je me rappelle cette condamnation insupportable du vétérinaire, le fol espoir de te sauver, la vanité de ces jours de perfusion qui nous ont séparés. Je me rappelle cette nuit abominable où ta maîtresse t'a veillé chaque seconde et où je n'ai pas eu cette force. Nous avions décidé que ce serait la dernière. Nous l'avons fait pour toi et dans ma vie, je n'ai jamais eu de décision aussi terrible à prendre. Je me rappelle ton départ le lendemain, là même où tu as toujours vécu. Je me rappelle cette minute où mon coeur a explosé.

 

Aujourd'hui, la plaie s'est refermée, même si la douleur n'est jamais bien loin. Mais plus que cette douleur, c'est toi qui es en moi. Tu le seras toujours jusqu'à la fin de mes jours. Quand je repense à tous les moments que nous avons vécus ensemble, tes quarts d'heure de folie et mes fous-rires, je souris. Je souris, et je pleure.

 

Merci, mon chat, pour cet amour que tu m'as donné aveuglément pendant quatorze ans et que j'ai tenté de te rendre au mieux. Merci d'avoir été là pour moi. Merci, mon Bubulle, de tout ce que tu m'as apporté.

 

 

[Bubulle, à quelques mois, été 94]

Commenter cet article

A
Je suis en larmes devant ce magnifique hommage, nous venons de perdre un de nos compagnons de route et vos mots sont un véritable écho en moi.
Bubulle était magnifique .
Prenez soins de vous.
Amicalement...
Répondre
H
Merci Maître Po. Je ne sais pas exprimer mes sentiments comme toi, mais je te remercie et je le fais également de la part de tous les amis des chats. Les animaux sont nos égaux.
De plus, tout a déjà dit plus haut dans les commentaires.
Henri
Répondre
M

Tu sais Bubulle, avec tous mes ennuis de santé, chaque jour qui passe me rapproche du paradis des chats...
Ma maîtresse est inquiète, parfois triste, moi, je ne le suis pas, je sais que j'y retrouverai des ami(e)s.
Et puis, tout comme toi, j'ai eu une vie heureuse et j'ai été très choyée.
Une tendre léchouille pour toi Bubulle.


Répondre
K

Certains anniversaires sont plus tristes que d'autres, pour diverses raisons il m'est impossible d'oublier celui-ci...
Je pense à toi souvent... Muscade te ressemble tellement...
Je te fais une douce caresse Bubulle.


Répondre
C

quelquefois,je suis venue lire avec plaisir et amusement quelques petites tranches de vie de Bubulle...Là, je lis ce texte et mon coeur a fait boum,aussi puissant un coup de poing plein de
tristesse....Ce Merci si magnifique à Bubulle,je l'ai chuchoté à l'oreille de mon Simba en novembre,merci pour cet amour,pour avoir été mon chat,et pardon pour la piqûre du véto qui allait nous
séparer à jamais..,alors je partage et comprend ce que tu ressens,ce que nous avons tous ressentis,nous les pauvres maitres orphelins de nos amours de chats...Un paradis pour eux,baignant dans
notre amour éternel,voilà ce qui m'apaise lorsque je les imagine.. courage à toi Maitre pô,et pensées a Bubulle,Catpats et les autres ♥♥♥


Répondre
K

Arrivé ici par hasard un mardi après-midi, j'ai tout de suite voulu écrire un petit quelque chose à Bulle, en m'adressant directement à lui... jusqu'á ce que lise les dernières lignes.

Et bien voilà, Bulle, je te dis bonjour quand mEme. Signé le père de deux autres chats trouvés, et de diverses autres quadrupèdes...


Répondre
J

Bonjour Maitre Po
J'étais de passage sur votre site pour voir si votre module NL était personnalisé. La personne qui avait réalisé le mien il y a prés d'un an (un modérateur d'OB que je ne nommerai pas) me dit que
je dois le supprimer et remettre cet horrible module NL d'OB qui n'est pas personnalisable. Brrrr !
Et voilà que je voyage un peu sur vos magnifiques photos et je suis attirée par celles de Bubulle. Magnifique, mais vraiment magnifique félin ! En lisant comment il a terminé sa vie, les larmes me
viennent aux yeux et la gorge me serre. Retour en arrière de 6 ans où mon petit Mickaël, un adorable yorkshire,est parti de la même façon. A cause ou grâce à moi (?) qui ai du prendre la
douloureuse décision car on ne pouvait rien faire d'autre que de décider de le soulager.
Je ne pensais pas que je pourrais encore pleurer car j'ai tellement pleuré ! Votre récit plein de douceur et de poésie m'a beaucoup émue. Douce journée Maitre Po. Josiane


Répondre
A

Sautant d'un blog à l'autre, j'étais arrivée sur celui-ci, lectrice silencieuse et anonyme. J'avais lu vos écrits si jolis, si vivants, et c'était un peu comme si Bubulle vivait dans mon écran. Je
comprends à présent avec un serrement de coeur que le jour où j'ai commencé à lire ses aventures, elle n'était déjà plus là. Mais pourtant elle est toujours là, dans chaque photo, dans chaque ligne
que vous avez écrite à son sujet avec tant d'émotion et d'amour. Que les beaux souvenirs de votre complicité aident la plaie à se refermer...


Répondre
N

Du forum overblog (merci pour la réponse je ne trouvais plus mon post ... rouge au front !!! ;) ) à ici j'ai suivi le lien et ...j'ai suivi Bubulle

et me voila avec plein d'eau dans les yeux parce que j'aime nos petits compagnons... nous avions un "Canaille" qui est mort à 16 ans de vieillesse ... un Eliott (caniche) adorable parti lui aussi
d'une tumeur au cerveau à 9 ans , mais il est mort brutalement sans doute un AVC, comme pour ne pas nous obliger à devoir faire cet horrible choix ... j'aime à savoir qu'ils sont là tous deux dans
le jardin où ils furent heureux ...

et maintenant Niels (autre caniche)qu'on m'a offert à la mort de l'autre ) vient d'avoir 12 ans et pour le moment il pète la forme , saute très haut(c'est un caniche a ressort) , court vite , joue
et je croise les doigts ... mais j'ai drôlement la trouille quand même !!!! je profite de tout moment avec lui et je lui rends au centuple sa gentillesse et son affection ( un caniche c'est un gros
coeur plein d'amour ) Bonne soirée !!!


Répondre
X

C'est très joli, Monsieur, ce que vous avez écrit.


Répondre
G

:(((


Répondre
H

Bonjour, maître Po.
Je suis passée chez Quichottine, et ai atterri naturellement chez toi.
Ton écrit sur Bubulle est très émouvant. Beaucoup de gens trouvent que l'amour que nous vouons à nos animaux est excessif et même choquant.
Nous avons la chance d'avoir un jardin, et y cohabitent nos sans heurts: 4 chats, une rate... Et un adorable chien nommé Sapeur. Je détestais les chiens auparavant. Mais lorsque je regarde ses
yeux, j'y vois tellement d'amour et de tristesse aussi, lorque je m'absente ne fût-ce qu'une minute...
MON chat à moi s'appelle Rouletabille. Nous supportons tous les deux très mal toute séparation. Je lui parle, il me répond à chaque fois. Cest fusionnel entre lui et moi... A tel point que mon mari
en est jaloux!
Tant de choses à écrire sur nos compagnons à quatre pattes...
J'aime les poésies de Baudelaire: il sait, lui...
Amitiés,


Répondre
S

le petit chat s'était endormi sur le canapé du moins c'est ce que je pensais mais il était mort, le lendemain , ne voulant pas faire de peine à mes enfants, je l'ai posé sur de l'herbe fraîche et
une fleur blanche a poussé à ses côtés presque aussitôt.Renfermant ma peine, j'ai regardé la fleur et me suis consolée de son départ plein d'innocence.


Répondre
P

Nous avions une chatte angora tricolore : Cléopâtre. C'est moi qui l'ai amené chez le véto quand elle a été paralysée à l'âge de 13 ans et qu'il n'y avait plus rien à faire... Elle a miaulé tout le
long du parcours, je pleurais ! Et puis César: un rouquin portant aujourd'hui avec lassitude ses 17 ans qui lui a succédé.
Chiens, chats ou même canaris, ce sont nos compagnons de vie mais beaucoup de tristesse quand ils nous quittent.
Quant à Marseille et sa visite manquée, il est absolument nécessaire d'y venir un jour !!! On ne peut vivre sans avoir vu Marseilleu (évidemment je suis marseillaise, dingue de ma ville et donc
absolument pas impartiale !)
Alors on t'attends...


Répondre
A

un texte très émouvant qui me fait bien sûr penser à celui que j'ai écrit pour ma Mounette partie un peu comme ton Bubulle! Ce fut un terrible chagrin et puis un jour d'été est arrivée d'on ne sait
où, une adorable petite siaimoise de deux mois et demi qui fonçait droit sur moi et m'a sauté dans les bras du haut d'un toit! ce fut un coup de foudre réciproque et je bénit le ciel de me l'avoir
envoyée!Nous l'avons nommée Kizzi qui signifie je crois "ne me quitte pas" en Africain"
peut-être un jour croiseras-tu un autre de ces chats qui surgissent soudain, pour nous emplir le coeur d'une nouvelle joie.


Répondre
O

Emotion ...
Ce texte est superbe et je reste en silence par admiration


Répondre
E

J'ai cliqué par hasard sur un des liens de Quichottine attirée par le mot chat. Je suis entrée discrètement, j'ai lu avec beaucoup d'émotion ce très beau texte. J'ai eu un chat que j'adorais qui
est mort d'une insuffisance rénale. Cinq ans après j'y pense toujours. Quand l'émotion sera passée je reviendrai visiter ton blog.


Répondre
M

Bonsoir Maître Po,
C'est un très bel hommage, ton chat a dû t'apporter beaucoup. Dur, une telle séparation après toutes ces années de bonheur, d'anecdotes, de vie quoi.
Je n'ai pas de chat, car j'estime ne pas réunir les conditions requises pour son bien-être (comme de l'espace, du temps libre, etc...), mais c'est vrai qu'au-delà de ces critères matériels, c'est
la crainte de devoir le perdre un jour qui me fait aussi reculer. Il me manque encore peut-être quelques dizaines d'années pour réunir les premières conditions, mais aurai-je un jour la force de
prendre la décision en sachant l'inévitable fin ?
Tu as eu ce courage, et je te souhaite que les souvenirs qui te bercent soient les plus doux.
Bonne soirée à toi !

Minéraline


Répondre
V

Bestioles si chères à notre coeur
Un gris, un noir, un autre encore tacheté
Boules de poils si tendres, si douces
Un chat, une complicité, une amitié
La pupille dilatée, prêts à jouer avec nous
Les roulades à nos pieds, cherchant notre contact
Et encore mille autre souvenirs...

Bubulle avait pris dans mon coeur un peu de la place de mon chat, j'aimais lire tes articles où je retrouvais la complicité que j'avais eu avec le mien.


Répondre
B

Ne sois pas triste, tu as fait ce que tu pouvais et tu la rendu heureux pendant quatorze ans. Tu as attendu un an avant d'en parler ! La blessure s'atténue mais ne se referme jamais complétement.
Oh comme je te comprend.
C'est un bel hommage à Bubulle. Biz à toi.


Répondre
E

Bonsoir Maître Po,

Quel beau message de tendresse à Bubulle.

Amitié.
Emmy


Répondre
B

Ces petites bêtes... c'est incroyable comme on les aime, comme on s'y attache ... C'est incroyable la chaleur et la confiance qu'elles nous donnent en retour.
c'est terrible le manque quand ils sont plus là.
C'est un beau message que tu lui adresses là, et je suis sûre que du haut du paradis des chats, il est heureux d'avoir été heureux sur terre à tes cotés.


Répondre
E

M'étant pas mal éloignée de la overblogosphère ces derniers temps, j'ai eu envie ce soir d'y aller faire un tour.

Je viens donc de découvrir ce poignant cri d'Amour pour Bubulle...

Maitre Po, Opertiam je suis en pensée avec vous...

Bubulle, où que tu sois désormais je t'envoie mille caresses.


Répondre
B

Je ne sais pas pourquoi mais ton message chez moi m'a donné un pressentiment bizarre... je suis venue ici et j'ai lu ton texte. C'est beau. C'est émouvant. Il n'y a pas de mots dans ces cas-là
alors, je t'envoies simplement toute ma sympathie... Bubulle c'était quelqu'un de bien...

Amitiés


Répondre
G

Bubulle ne sera jamais loin puisqu'il restera toujours dans ton coeur. Je connais ces moments où l'on est si seul dans sa douleur. Les mots n'offrent que peu de réconfort.

Alors je voulais dire que j'ai une grande pensée pour toi, pour vous.


Répondre
A

Que dire...
Il y a autant d'amour que de dignité dans cette Lettre du Souvenir. Je t'offre toute ma sympathie, Maître Po. Et dis-toi que Bubulle, dans ses vertes prairies célestes, raconte à tous ses
compagnons le bonheur qui fût le sien d'avoir vécu à tes côtés...

Je vous salue profondément tous deux.


Répondre
A

Voici quelques mois, après avoir lu une fois encore un de tes textes sur Bubulle, où les mots emplis de tendresse et de gaieté savaient danser dans le coeur et l'esprit des amoureux de nos
mystérieux compagnons, j'ai calculé l'âge de Bubulle et j'ai pensé que je ne devais plus prononcer, la première, ce nom si pétillant au risque de te blesser, Maître Po, inconsidérément.
C'est toi qui a su, avec tes mots si doux, si aimants et délicats, avec tes photographies si joliment choisies, mettre fin à ce silence inquiet.
Bubulle, tu as posé une patte de velours sur le coeur de ton maître et cette précieuse caresse, Maître Po ne l'oubliera jamais. Lorsqu'il méditera, face à l'immensité des mers et des océans qu'il
aime tant traverser, et que l'onde se colorera, pour lui, d'une magnifique nuance vert émeraude, il saura, Bubulle, qu'il s'agit du reflet de tes yeux...


Répondre
M

Pas étonnant qu'après les propos de ma maîtresse tu sois surpris de me voir !
Suis toujours là, mais je vieillis... dis-moi Bubulle, c'est comment le paradis des chats ?
J'espère que là-haut ils pensent à te donner un petit morceau de foie gras poêlé de temps en temps ;-)

Je te fais une tendre léchouille ^_^


Répondre
A

il y a de petites bulles qui tiennent une place folle dans le coeur....


Répondre
L

c'est étrange, je le voyais plus gris que jaune sur les autres photos...
déjà mignon et photogénique à cette époque :)


Répondre
B

... le message est partie tout seul...bref mon chat a révolutionné sans le savoir, et sans que je le sache ,ma vie en se contentant d'etre ce qu'il était...
Je tombe des nues en lisant ce post, je pensais Bubulle toujours à tes cotés...Je trouve cet article précieux, vraiment...


Répondre
B

il y a peu je considérais un de mes chats (le premier de la famille) pensivement en pensant à quel point il avait pu -mine de rien- changer/influencer positivement le cours de ma vie, et ce avec
rien ou si peu, juste ses manieres, juste sa facon de venir se blottir contre le seul etre qui existe dans sa vie


Répondre
L

oh...je...

merci à toi...
parce que le partage...
dans mes yeux , quelques larmes et
dans mon coeur...là... quelques souvenirs...doux...

aussi...

ça ronronne dans mon coeur je crois..

Filoute surement..

Elle jouait avec les crayons à papier...ils auraient fait une sacrée équipe..

bizou-tendresse


Répondre
K

On dit que les grandes douleurs sont muettes...
Pourtant, avec le temps, le chagrin s'estompe et vient alors le moment où l'envie d'en parler est une évidence voire même, une nécessité...
Expliquer pourquoi il n'y avait plus ces superbes articles sur Bubulle...

Au cours d'une vie, pour diverses raisons, le coeur peut avoir très mal, mais perdre la boule de poils qui nous a tant donné sans rien attendre en retour, oui, ça fait exploser le coeur... un
morceau du mien est parti le 30 août dernier.

Devant une telle souffrance, je sais que les mots n'auraient pas servi à grand chose...

Aujourd'hui, j'ai simplement envie de dire, Po-san, je pense à toi, Bubulle, je te fais une douce caresse...


Répondre
Z

comme je te comprend ! j'ai aussi perdu mon compagnon félin, atteint d'une tumeur de la mâchoire, en février dernier après 17 années de complicité... cette décision fatale qu'il m'a fallu prendre
est terrible mais une délivrance pour lui.
On oubli vite ces moments pénibles pour ne repenser qu'aux meilleurs....


Répondre
B

Bubulle ! Je suis longtemps venu pour lire ce que tu écrivais à son sujet et surtout voir les photos - un immense amour , une adoration féline comme rarement bien exprimée et qui m'a enchantée -
c'est pourquoi je n'ai jamais oublié ton blog .


Répondre
L

dieu que cette declaration d'amour est belle!
elle m'a fait venir les larmes aux yeux, ayant moi même dû mettre fin aux souffrances de ma petite Lupita, 5 ans, en juillet de l'an dernier, à cause d'une maladie du sang qui la sêchait et la
dévorait de l'intérieur...
bouh, pauvres de nous!


Répondre
F

T_T !
Je te fais des poutoux ! Car je sais que c'est une épreuve difficile !


Répondre
J

bonjour cher Maître,
beaucoup d'émotion, de tristesse
que je comprends et partage pleinement
amicalement
jean-marie


Répondre
C

Je suis désolée pour toi.


Répondre
.

Que te dire, Maître Po ?

J'ai lu chaque ligne de l'histoire de Bubulle, je l'ai suivi tout au long des articles de ton blog qui lui étaient consacrés... et ce matin, encore, à travers tes mots, magnifiques, je lis ta
tendresse envers lui, ton amour que je comprends si bien !

La perte d'un être cher est un chagrin que personne ne peut vraiment partager. Que ce soit un chat n'y change rien. C'était pour toi le compagnon de chaque instant. Tu nous l'as fait aimer à
travers chaque mot qu'il illustrait.

Aujourd'hui, en te lisant, j'ai pleuré aussi.

Je sais bien que tu n'aimes pas les bisous, mais, aujourd'hui, de façon tout à fait exceptionnelle, pour un moment qui l'est aussi, je t'embrasse très fort, Maître Po.

Certains anniversaires sont plus durs que d'autres... Prends soin de toi.


Répondre
C

Merci pour ce mots d'amour dédiés à ton cher compagnon de quatorze années en partage. Ils sont beaux, touchent au coeur... font monter les larmes des plaies d'amour de tous mes chats passés, mais
si présents en moi.


Répondre