Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Maître Po

georgia-o-keeffe-10988

Samedi 31 décembre 2005

Les New-yorkais ne font pas exception au reste de l'humanité et préparent fébrilement leur réveillon. Et pourtant, même en cet après-midi enneigé et spécial, des visites guidées sont organisées pour les enfants au Met (Metropolitan Museum of Art). Dans la salle consacrée à Georgia O'Keeffe, la guide s'arrête devant le plus célèbre de ses tableaux, Rouge Blanc Bleu (photo). Ne maîtrisant qu'imparfaitement la langue d'Hemingway ou des Miller, je garde mes distances, d'autant que le petit groupe paraît concentré. Aux questions de la guide, répondent beaucoup de doigts levés. Je me demande alors si une telle scène serait possible chez nous en ce dernier jour de 2005...

 

Georgia O'Keeffe représente la nouvelle peinture américaine. Née dans le Wisconsin, elle séjourna vingt ans à New York pendant lesquels elle alla souvent au Nouveau-Mexique, avant de s'y installer définitivement en 1949. Elle y mourut en 1986, à l'âge de 99 ans. Sa peinture est proche de la nature du Sud-Ouest, montrant notamment ossements de bétail, montagnes et rochers, déserts.

 

Et plus que de décrire des scènes typiquement américaines, l'idée de Georgia O'Keeffe et surtout de son mari Alfred Stieglitz était de développer une façon de peindre typiquement américaine. Rouge Blanc Bleu en est le parfait exemple, avec le côté quasi-religieux de ce crâne en forme de croix (je n'ose pas dire cruciforme) et un côté fortement national puisqu'y figurent les couleurs du drapeau américain.

 

georgia-o-keeffe-10985

Bien sûr, les enfants tireront un grand profit de cette halte. Nul doute non plus qu'ils s'arrêteront devant les fameux drapeaux peints de Jasper Johns...
[Rouge Blanc Bleu, Georgia O'Keeffe, 1931]

Commenter cet article

american heroe 22/01/2010 20:00


j'adoooore georgia O keefe, pas assez conue en france, je trouve ! bel article, très interessant. J'ai connue cet artiste totalement par hasard, à cause des paroles d'une chanson d'un certain
Warren zevon, dans sa chanson "splendid isolation", il disait qu'il voulait "' finir comme G O Keeffe, seul dans le désert", tant il en avait assez de frayer avec les êtres humains...Bon, je n'en
suis pas là...:D quoique j'ai un chat, comme tu sais.ET petite requête : te serait il possible de me dire quand tu mettra en ligne ton article sur chicago ? j'ai reformaté" mon 2d blog pk j'ai
décidé de mettre mes diapo ( diafan -lol-) sur support numérique, de façon à alimenter mon blog US, donc comme j'ai visité chicago, cela m'interesse de lire ce que tu as pensé de cette ville ! -
très différente de new york -


Maitre Po, devin 23/01/2010 15:30


Tu as dû voir mon premier (et seul, pour l'instant) article sur Chicago...
J'avais aimé cette ville lors de ma première visite, il y a... euh... bien longtemps. Je l'ai adorée en septembre dernier, certainement une des plus belles villes des USA. Je te ferai signe quand
je mettrai des articles dessus, mais bon, il me reste encore tant de choses à montrer sur l'Egypte, le Tibet, le Népal ou l'Inde ;-Þ
Caresses à Dylan ;-)


QG 06/11/2009 09:17


Je vais te dire un secret: j'aime pas les musée car...je m'ennuie!!! je sais c'est nul, mais c'est long, et lorsqu'il y a un guide c'est encore moins intéressant.


Maitre Po, devin 09/11/2009 01:36


Je vais t'en dire un, moi aussi : je n'aime pas les musées... quand ça dure plus d'une heure. Mais les musées américains n'ont rien à voir avec les nôtres et on peut y rester des heures ;-)

Et puis, au passage, tout dépend du guide, crois-moi ;-Þ


Sabrina 05/01/2006 04:47

Je regrette de ne pas y être allée mais pour ma part j'avais opté pour le MOMA (Museum of Modern Art). J'adore Van Gogh et ma toile préférée y était exposée ... C'est fou ! Dans chaque ville visitée on a envie de tout faire ... mais le temps nous rattrape grrr...

Maître Po 05/01/2006 13:23

En fait, j'ai visité les deux, mais j'aurais dû aller au Guggenheim à la place du Met, parce qu'après, j'ai saturé et du coup, je n'y suis pas allé...
Quant au temps qui nous rattrape... grrr aussi...