Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Maitre Po, devin

26 avril 1931. Le CIO confie l'organisation de la onzième olympiade de l'ère moderne, à la ville de Berlin, devant Barcelone. Ce choix raisonnable allait se révéler problématique quand le parti nazi prit le pouvoir en Allemagne, en 1933. Malgré les menaces de boycott, les 49 nations inscrites participeront à ces jeux qu'Hitler considère comme une occasion unique de promouvoir la suprématie de la race aryenne.

 

Cette photo est un détail de la fameuse cloche olympique (que l'on peut voir ici) représentant un aigle germanique surmontant les anneaux olympiques. Il y est écrit Ich rufe die Jugend der Welt... J'appelle la jeunesse du Monde ! Elle restera comme le symbole des Jeux de 1936.

 

1er août 1936. Tout est fait pour contribuer au triomphe du chancelier, et c'est dans un stade empli de svastikas, sous les acclamations de 100000 spectateurs qu'il déclare ouverts les jeux de 1936. Leni Riefenstahl (qui connut une vie exceptionnelle) est chargée de réaliser un documentaire, Olympia (les Dieux du stade !), qui alterne exploits sportifs et odes au nazisme. Ces statues colossales font partie de l'apparat nazi, mis en valeur par le régime totalitaire d'Hitler. Tout était prévu pour montrer au monde entier la superiorité du peuple allemand. Mais il y eut un petit grain de sable... 

 

4 août 1936. Le grain de sable s'appelle Owens, Jesse Owens. Américain et black, consacré la veille aux cent mètres, il remporte également le saut en longueur, devant Lutz Long, le champion allemand. Les deux athlètes se congratulent.

 

Hitler quitte le stade.

 

Owens ne s'arrêtera pas en si bon chemin, remportant deux autres titres, le 200 mètres et le relais 4x100m avec l'équipe américaine, devenant par là même le héros emblématique de ces Jeux. On peut lire son nom sur ce tableau (100m lauf, 200m lauf, weitsprung). Un autre tableau complète le premier. On y relève notamment les victoires impressionnantes des français en cyclisme. 

 

27 décembre 2008. Ils sont bien loin, ces Jeux de 1936, mais ils auront marqué leur siècle. Les premiers d'une longue série entachée de coups d'éclats, de boycotts et de polémiques, dont les tout derniers ne sont pas exempts. Mais il est temps de regarder devant. En direction de Londres.

[Stade Olympique, Berlin, décembre 2008]

Commenter cet article

Nanne 02/09/2009 21:35

J'avais posté un commentaire qui n'a pas été enregistré par OB ... Donc, je récidive ! Les Jeux de Berlin auraient dû mettre la puce à l'oreille des membres du CIO de l'époque. Pour montrer une capitale propre et à leur image, les nazis l'avaient nettoyée de tout ce qui pouvait gêner (anti-nazis, affiches antisémites, juifs, traîne-misères, prostituées ...) ! Berlin était devenue une ville sans âme et sans aspérité ! Les statues sont de Arno Brecker ou ressemblent à son style artistique, très massives. Heureusement, un trublion s'est invité à ces festivités d'un goût particulier, Jesse Owens. Mauvaise publicité pour les tenants de la pureté de la race ! Et dire que ces Jeux ont été les derniers avant la catastrophe annoncée ... Qu'en reste-t-il ?!

Maitre Po, devin 03/09/2009 13:10


Quand les chinois ont rasé les hutongs, déplacé des populations et caché les logements misérables des plus réfractaires par des hauts murs, personne n'a rien dit et c'était en 2008, pas en
1936...

Il est si difficile de ne pas mêler politique et sport. Est-ce seulement possible ?...


cat 30/08/2009 08:32

dieu sait qu'en mille neuf cent trente six j'étais loin d'être née, et pourtant, je connais bien cette histoire de Jesse Owens, d'un Hitler dépité de devoir saluer un homme noir triomphant sur la race arienne ...
j'ignore si les temps ont tellement changé ... j'en doute, disons que les choses sont plus vicieuses, plus sournoises ...
je ne sais pas si aujourd'hui les valeurs de l'olympisme sont toujours d'actu et si les sportifs ne sont pas plutot que des machines à gagner (quand ils ont le talent) des faire-valoir de leur nation.

scandales, soupçons ... grrrrrrrr ... il m'arrive d'être incrédule devant certaines performances !!!


allez, le sport reste du sport !!! merci pour ces deux articles

Maitre Po, devin 01/09/2009 11:46


L'olympisme prône principalement l'amateurisme : le quoi pourraient dire certains ?
Sinon, kestukroi, moi  aussi, je suis loin d'être né, en 1936 ;-)


nadja 29/08/2009 00:49

Il est sans doute plus facile d'être attiré par les plus bas instincts que par une élévation intellectuelle ou spirituelle non ?

Maitre Po, devin 29/08/2009 00:54


Ça dépend pour qui ;-Þ
Mais globalement, je dirais oui ;-)


nadja 28/08/2009 18:05

Charisme, mouais. N'oublions pas une Allemagne ruinée après la crise de 29 et une gestion difficile par la république de Weimar... Le terrain était propice aussi. Que le parti nazi a quand même mis quelques années avant de dévoiler son horreur. Le bonhomme était un fou clinique, et son équipe des malfrats tout aussi malades. Mais quels ressorts psychiques peuvent donc amener l'individu a tant de haine et d'ignoble ?

Maitre Po, devin 28/08/2009 21:49


Sens premier de charisme (PLI) : Autorité d'un chef ressentie comme fondée sur certains dons surnaturels et reposant sur l'éloquence, la mise en scène, la fascination... On y est, non ?
Les ressorts qui motivent chez un homme une telle haine ne doivent pas être bien différents de ceux qui motivent la foule qui le suit.


nadja 28/08/2009 18:00

le même stade que celui de l'article précédent qui a l'air si neuf et si moderne ?

Maitre Po, devin 28/08/2009 21:45


Vivi. La tour que tu vois sur la dernière photo est la même que celle qui est dans l'axe du stade sur les photos de l'article précédent ;-)


nadja 28/08/2009 13:09

Maitre PO, est-ce toi qui a pris les photos ? Reste-t-il toujours ces vestiges d'une époque révolue ? Et où ?

Maitre Po, devin 28/08/2009 14:32


Euh... sur mon blog, ce sont mes photos.
Sauf dans certains cas extrêmes, comme les pubs McDo ;-)

Où ces photos ont-elles été prises ? Ben, au Stade Olympique de Berlin, c'est le titre de l'article ;-Þ


nadja 28/08/2009 13:05

Sombre période de l'histoire. Comment un petit brun moustachu aux orgines "douteuses" a-t-il peu vanter les mérites des grands beaux nordiques ? Il serait sous neuroleptiques aujoud'hui. L'art nazi est sans âme, l'artiste n'a plus de vocation esthétique mais redevient l'artisan du Moyen-Age, le but de l'art n'est plus la religion mais le culte d'une idéologie méprisable. N'oublions pas l'exposition sur l'Art dégénéré (et beaucoup d'oeuvres et de livres brûlés), ce qui est un contre-courant de l'histoire, une régression. Comment l'esprit humain peut-il s'avilir ainsi ?

Maitre Po, devin 28/08/2009 14:23


Ton moustachu, aux desseins pourtant méprisables, avait un incontestable charisme. Manipuler un peuple à ce point (fut-il allemand) n'est pas à la portée du premier venu...


Quichottine 28/08/2009 12:24

Tu as raison, l'histoire s'est aussi écrite dans les stades.

Owens... un très grand champion.

Merci pour ces belles images en noir en blanc, j'aime la façon dont tu nous les présentes.

Maitre Po, devin 28/08/2009 14:08


Un stade, c'est la foule. L'histoire est aussi bien écrite par les grands hommes que par la foule.

Quant à al façon de présenter mes photos, j'avais oublié en publiant l'article de mettre l'habillage N&B de mon blog. J'ai vite rectifié le tir ;-Þ


Fauve 28/08/2009 09:13

C'est vrai que ces jeux là on du marqué l'époque !
La dernière photo est pas mal du tout !

Maitre Po, devin 28/08/2009 14:03


Coucou Fauve ;-)
Faut dire qu'à l'époque, il se passait pas mal de choses... et ils n'avaient encore rien vu ;-Þ