Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Maître Po

Ce soir, j'ai la permission de minuit. Ou du moins, je la prends. Il est des soirs, comme ce soir, où rien ne va. Je devrais même dire des jours comme aujourd'hui, tant la journée a été pénible. Alors, muni de mon appareil, je me promène autour de Notre-Dame. Il fait froid, mais je ne le sens pas, je prends une photo de la cathédrale. Il y a ce sapin illuminé devant, c'est vrai que c'est joli, mais cela paraît si vain, et pourtant les gens rient en se prenant devant. Des rires qui s'évanouissent aussitôt.

Je traverse la Seine et m'arrête devant Shakespeare and Co. Cette librairie m'a toujours fasciné. Les anglo-saxons ont développé un tel art du livre de poche que le moindre de leur titre nous paraît attirant. Photo de quelques livres regroupés au hasard, mais je ne sais pas encore si je la choisirai pour illustrer cet article. D'ailleurs, j'ai un peu triché en ne prenant aucun des titres au hasard. Pride et prejudice de Jane Austen par exemple,  je l'ai même mis dessus... Direction rue de la Huchette. Cela faisait quelques années que je n'y étais pas venu le soir, le quartier ne s'est guère arrangé. Peu de monde se presse dans ces ruelles autrefois si animées. Les restaurants n'inspirent guère confiance et ce ne sont certes pas les encouragements racoleurs des serveurs qui donnent envie d'en franchir le seuil. L'ambiance est plus interlope que cosmopolite... attention, voilà que je me laisse aller... bon, disons que ça craint plus que ça ne fait envie !

L'église Saint-Séverin est à deux pas. J'y vais. Là encore, petite photo sympa, mais la mettrai-je ? Je me suis forcé dès le début à ne mettre qu'une photo par article, celle que je jugerai la plus représentative. Dommage pour les autres... En sortant, coup d'oeil au Yagiu, restaurant japonais qui m'est cher, du coup, je prends des sushis (surgelés, beurk, 6€) chez Pan Asie puis retour rue Saint-Jacques. Que de saints dans le coin ! Séverin, Michel, Germain, Jacques, Julien... Ils me font tourner en bourrique...

Mais c'est là, au coin de la rue Saint-Jacques et du quai, que je prends ma dernière photo. Je ne sais pas pourquoi, je l'aime bien. Les couleurs, cette sensation d'absence, de vide... Tout moi ça, néant et vacuité... Trop moi pour ne pas la choisir !
(Mais bon, les autres photos sont ici,  et encore là)

Commenter cet article

QG 31/10/2009 11:59


Parfait il n'y a personne alors asseyons nous là et mangeons japonais car c'est la cuisine que je préfère après la française évidemment...


Maitre Po, devin 09/11/2009 01:19


Soit ;-)
Mais pourquoi évidemment ? Moi, je préfère la cuisine japonaise ;-Þ
Enfin, la cuisine japonaise française faite par les japonais, parce que la cuisine japonaise française fait par les chinois ou la cuisine japonaise japonaise fait par les japonais, au secours...


Quichottine :0010: 16/10/2008 20:46

J'ai oublié de te dire... des trois photos "les autres", j'aime bien la dernière "encore là"...

Joli angle de vue. Tu n'aurais pas pu avoir le même s'il y avait eu du monde...

Dis-moi.... c'est ouvert la nuit ?

Maitrepo 16/10/2008 23:03



Disons que cela reste ouvert tard le soir, comme Saint Gervais, à laquelle j'avais consacré un de mes articles préférés, Rue
des Barres. Il n'y a pas grand monde, le soir, dans les églises parisiennes ;-)



Quichottine :0010: 16/10/2008 20:43

Orgueil et préjugés... C'est un livre que j'aime beaucoup. C'est avec lui que j'ai découvert Jane Austen.

Pourquoi je te dis ça, moi ?

Tu me parles de ta permission de minuit, et moi, je viens te parler d'un livre que tu n'as fait qu'éfleurer...

J'ai envie de permissions je crois, permission de ne plus être moi, parfois.

Tiens, nous sommes 7 en ce moment sur ton blog.

Sur ces chaises, qui y avait-il ? Quelques instants auparavant... ont peut tout imaginer.

Ce n'est pas forcément triste, si ?

Maitrepo 16/10/2008 22:54



Sept dis-tu ? Et il y a toutes ces chaises vides... Mon blog est certainement le seul où l'on peut s'asseoir pour le regarder !
Effectivement, Pride and prejudice, je n'ai fait que l'effleurer (avec deux f) ce soir-là. Mais si je l'ai mis sur le dessus, c'est parce que j'ai toujours eu envie de le lire, comme les
deux autres ,d'ailleurs ;-Þ
Bonne soirée, Quichottine ;-)



Clo 16/10/2008 07:17

Qui n' a jamais vécu ces instants-là ?
Bonne journée Me Po :)

Maitrepo 16/10/2008 08:13



Oui... Bonne journée à toi aussi, Mme Clo ;-)



:0071: Kinou 15/10/2008 23:18

J'aime beaucoup cette photo, mais la lecture de cette "permission de minuit" m'a rendue triste, sais pas pourquoi, peut-être l'impression d'être comme l'une de ces chaises... un peu vide...

Maitrepo 16/10/2008 00:45



Ne dit-on pas : Autres temps, autres moeurs ?
Mais c'était malgré tout empreint d'une nostalgie palpable... Brrr. Si nous revenions au présent ? ;-)



Clo 14/10/2008 20:51

PS : Je viens de cliquer sur les liens photos.
La 3ème est ma préférée : un sentiment d' élévation spirituelle ( pas dit religieux ) et d' apaisement ....

Maitrepo 15/10/2008 22:59



Sentiment qui, s'il n'est pas nécessairement religieux, est souvent propre aux églises ;-)
Et c'est bien de cliquer sur les liens, Clo ;-Þ



Clo 14/10/2008 20:48

Déambulations... errances .... choses futiles pour tromper des instants amers, et au final une photo qui traduit les solitudes. Mais très belle photo !

Maitrepo 15/10/2008 22:57



Tu connais ou as connu de tels moments, Clo ?



Nin@ 29/12/2005 15:48

J'espère que tu as meilleur moral aujourd'hui, le petit voyage t'aura sûrement fait du bien :-) c'est une période de l'année où l'on a très souvent des états d'âme...
Reviens vite nous voir sur les forums !!

Maître Po 30/12/2005 14:44

Merci Nin@ !Mais tu sais, ce n'est que pour des coms comme le tien que je continue mon blog...

Fred 17/12/2005 22:45

vraiment superbe cette photo, à croire que les plus beaux clichés sont pris dans des périodes pas top.

Maître Po 17/12/2005 23:03

Merci Fred !Et... euh... je crois que demain, je vais faire des photos exceptionnelles...

Marie-France as Fmurr 16/12/2005 19:14

La beauté se révèle toujours aux âmes sensibles où qu'elle soit.
Abscence et présence à la fois,
cela me touche beaucoup car cela me rappelle un dessin que j'avais réalisé
au collège sur ce thème.

Maître Po 16/12/2005 23:22

Cette photo, vide, éteinte mais colorée, c'était bien moi, mais c'était moi mardi soir. Cela va bien mieux aujourd'hui grâce notamment à des commentaires comme le tien.Caresses aux fauves ! ;-)

vy 16/12/2005 15:45

Moi, je les ai bien apprécié les mots de l'article, peut-être parce qu'à les lire sous le ciel gris de ma petite banlieue, j'ai vu les touristes heureux près de Notre-Dame, j'ai regardé par la vitrine de Shakespeare & Co, j'ai cherché dans ma mémoire ce restaurant japonais, ah non, je ne connais pas... et puis, et puis, cette photo est agréable, paisible, reposante, elle ne fait pas de bruit, il faut penser que c'est l'hiver, qu'on manque de lumière, que le moral en prend un coup, etc. Bref, j'ai bien aimé toutes les photos de cet article.

Maître Po 16/12/2005 23:16

Merci d'avoir fait cette promenade avec moi... Le restaurant japonais, il est juste en face de la rue des prêtres Saint Séverin, on ne peut pas le rater. Je suis ravi que les photos de cette balade t'aient plu, et je te félicite de les avoir regardées, ce qui ne semble pas être le cas de tout le monde ;-)Et ton blog est vraiment magnifique...

dan 14/12/2005 21:15

To commentaire est vraiment triste, çà donne le cafard. il peut arriver à chacun de nous d'être parfois dans cet état d'esprit.
Mais la photo remonte l'impression négative du commentaire car les effets de lumière sont magnfiques.

Maître Po 15/12/2005 22:40

Désolé d'avoir été contagieux, ce n'était pas le but.Oui, les couleurs de cette photo m'ont aussi attiré ;-)

3,14... 14/12/2005 06:43

Belle photo, MP, belles couleurs. Dommage que le texte soit si triste...Remarque, pour moi aussi, ce n'était pas terrible hier. Comme tu dis, il est des jours comme ça...

Maître Po 14/12/2005 08:52

Merci pour ton commentaire !S'il est des jours comme ça, il est, paraît-il des lendemains qui chantent. Peut-être les entendras-tu ? Moi, je guette leurs chants... avec impatience...