Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Maître Po

Le 15 janvier 1947, était découvert dans un terrain vague de Los Angeles, le cadavre nu et mutilé d'une jeune femme : son corps avait été éviscéré, nettoyé et coupé en deux au niveau de la taille (les âmes sensibles s'abstiendront de cliquer ici).

 

La police reçut quelques temps après, un paquet contenant les affaires de la victime, Elizabeth Ann Short, que l'on ne désignera plus que comme le Dahlia noir, à cause de sa chevelure d'un noir de jais, des tenues sombres qu'elle affectionnait, et  certainement aussi du film Le Dahlia bleu, sorti l'année précédente.

 

Betty Short avait 22 ans lors de sa disparition. Voulant devenir actrice, elle sortait souvent et rencontrait beaucoup d'hommes, malgré son jeune âge. Son destin n'aura pas été celui qu'elle espérait. Vue vivante pour la dernière fois le 9 janvier précédent, elle devint, avec le mystère de cette semaine manquante rajouté à la mise en scène morbide et presqu'artistique de sa mort, l'objet d'une des plus fascinantes affaires criminelles du siècle dernier.

 

James Ellroy, traumatisé par l'assassinat de sa mère en 1958, quand il avait dix ans, fut longtemps obsédé par cette affaire. Mais ce n'est qu'en 1987 qu'il publie Le dahlia noir, oeuvre de fiction inspirée du fait divers de 1947, qu'il dédiera à sa mère. Brian de Palma achève en ce moment le tournage d'un film basé sur ce roman, attendu depuis des années et sortant le 8 novembre 2006, avec pour interpréter le rôle du Dahlia noir, la troublante Mia Kirshner.

 

Malgré les efforts constants de la police de Los Angeles, la multitude de pistes explorées et la diversité des théories énoncées, le mystère du Dahlia noir, qui hantera les officiers de police du LAPD tout au long du vingtième siècle, restera non élucidé. À jamais ?

 

-> Le Dahlia noir, la clé ?
-> Le Dahlia noir, le film

Commenter cet article

N
"La littérature, comme toute forme d'art, est l'aveu que la vie ne suffit pas". F. Pessoa
Répondre
M

Ce sera la citation du jour ;-)


N
C'est ma façon à moi de voyager.
Répondre
M

La meilleure, sans doute ;-)


N
J'avoue ne pas avoir trop accroché. Il faudra que je relise. Me reviennent en tête 2 auteurs que j'aime énormément, Leo Perutz (le fantastique fabuleux) et Gombrowicz (Ferdyduke et un roman inachevé mais plein de sombres magies : les envoutés). Il y a des livres comme cela qui font changer la vision du monde. Enfin là je dirais H. Hesse, Musil ou Baudelaire. Et encore je ne sais plus.
Répondre
M

On est sorti des écrivains américains, là ;-Þ


N
Ce que j'ai aimé, la franchise d'Ellroy qui reconnait avoir fait pas mal de grosses et petites bétises dans son enfance, notamment avoir flirté avec les mouvements nazis. Ses doutes, sa redemption par l'écriture. Entre lui et Jim Harrison, je crois que tu as les 2 plus grands auteurs américains actuels. Ca se lit tout seul.
Répondre
M

C'est sûr qu'avec Ellroy, le mot rédemption prend tout son sens ;-Þ
Moi, j'aime beaucoup Philip Roth ;-)


N
Si jamais tu as lu l'autobiographie de Ellroy, "ma part d'ombre", l'écrivain a fait réouvrir le dossier sur le meurtre de sa mère. Quant à Hillary Swank, je l'ai découverte dans un film dur "Brandon Perry" et une belle performance de l'actrice.
Répondre
M

Ah, Ma part d'ombre...
Il faudrait que je me remette à la lecture ;-Þ


F
et bin ça a l'air bien noir comme histoire..g failli aller le voir hier soir soir mais g choisi Scoop(tu l'as pas vu celui là,ds un autre genre) avec la même actrice.(donc ce sera la prochaine fois!)bonne fin de w-e!
Répondre
M
Je serais bien allé voir Scoop ou Little miss Sunshine, mais il fallait que je vois le Dahlia Noir d'abord ;-)
A
Trop tard, je n'avais pas mis ma bassine...c'est malin ;-)
Répondre
M
Le micro est intact ? C'est l'essentiel ;-)
N
Pas de doute, je suis une âme sensible...curieuse de surcroît parce que je n'ai pas pu m'empêcher de cliquer :-(
Répondre
M
J'avais pourtant prévenu !(Mais je suis quand même désolé ;-)
B
Dis donc c'est vraiment horrible comme histoire ça ....
Répondre
M
Les histoires ne sont pas toujours belles et romantiques ;-)