Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Maître Po

De tous les quartiers de Paris, le Quartier Latin est celui qui m'attire le plus. Certainement, les trois années de ma vie que j'y ai passées à étudier, pèsent-elles lourd dans ce choix. Combien de fois ai-je descendu à la sortie des cours, le Boulevard Saint-Michel pour me fondre dans ce labyrinthe de rues au passé si riche, plutôt que de le remonter pour rentrer chez moi ? Je me rappelle ces films que j'allais voir dans les salles minuscules de l'Action Christine, du Saint-André des Arts ou du Champollion, ces films que jamais je n'ai revus à la télévision...

Aujourd'hui, la rue de la Huchette continue à être empruntée par les touristes, remplaçant les étudiants et les ivrognes du Moyen-Âge. Les néons l'éclairent comme en plein jour, d'une lumière crue, agressive, masquant la sordidité de certains restaurants. Je l'avais déjà évoquée dans un article plus ancien, la permission de minuit, où j'avais laissé un peu de moi. Pourtant, il existe un moyen simple d'échapper à ce miroir aux alouettes, de délaisser comme par magie, cet univers mercantile, il suffit au moment opportun de tourner subrepticement dans la rue... du Chat qui pêche !

La rue du Chat qui pêche... un bien étrange nom pour une bien étrange rue. La rue la plus étroite de Paris ne fait qu'1m80 de large, dans sa partie la plus exiguë, et malgré son enfilade de lampadaires, se trouve plongée, le soir, dans une relative et propice obscurité. Si j'utilise le mot propice, c'est à dessein, car personnellement, j'ai longtemps surnommé cette rue, la rue du Chat qui pisse, tant cette dernière activité y semble plus usitée que celle plus traditionnelle à laquelle son nom fait allusion.

Il est d'ailleurs difficile de connaître l'origine d'un tel nom, la plupart des sources renvoyant essentiellement à un chat noir qui aurait su pêcher au quinzième siècle. La proximité de l'église Saint-Séverin et de son chanoine alimente également les plus folles légendes à ce sujet. Il n'empêche qu'une fois dans la rue, les bords de Seine se dessinent dans le fond, le calme vous envahit, tout le vacarme surfait du quartier de la Huchette disparaît, comme absorbé par le pouvoir atemporel de ce chat qui savait pêcher.


[Rue du Chat qui pêche, Paris Ve]

Commenter cet article

B
J'y suis passé par hasard en marchant dans les rues de Paris et j'ai été séduit par la fragile tranquiliée, mais surtout par son authenticité. J'ai été envahi à l'idée de tous les personnages qui y ont passé au cours des siècles.
Répondre
M


La rue du Chat qui pêche, on y passe forcément par hasard ;-)



I
C'est toi qui vois grand Maitre Po !
Répondre
M
Bon, j'essaie de faire bientôt un de ses vieux films que l'on apprécie à tout âge ;-)
On verra bien !
I
C'est une forme de censure quand meme donc tu a bien l'age dont je parlais......

Maitre Po , concretement , a qunad un article de ta part sur Casque d' OR

Merci
Répondre
M
C'est effectivement une forme de censure dans la mesure où je retire ce qui détone sur mon blog... mais bon, c'est le mien ;-)
Quant à Casque d'Or, j'ai détesté ce film, il y a donc aucune chance que j'en parle. Quai des orfèvres ou L'assassin habite au 21, ça irait à la place ?
I
Ou est mon commentaire Maitre Po ? je suis censure?
Répondre
M
Absolument pas ! Mais ce n'était pas vraiment un commentaire...
Mon blog n'est pas un blog de rencontres, c'est sur ce que j'aime et ce que je fais, pas sur ce que je suis ou ce que je veux. Les coms du type asv ou "ton blog est génial, viens voir le mien !" sont écartés, c'est tout.
L
Histoire à la Geluck avec un cageot de fruits ?
Je parle bien entendu de l'origine du nom de la rue !
Répondre
M
Une nouvelle version qui nous viendrait de Belgique ? Pourquoi pas  ? ;-)
S
Il y avait aussi le Club de Jazz rue de la Huchette, le Chat qui Pêche, bien enfumé... Il existe toujours je crois.
Ce quartier est empreint de nostalgie, peut être parce qu'il change beaucoup mais il y a toujours Gibert au coin, la rue St Sèverin et Maubert pas loin ....
Pour"Chat noir" halte aux superstitions... ils sont doux et délicieux : UN VRAI BONHEUR
Répondre
M
Ta connaissance assez typée de ce quartier m'étonnera toujours. Sinon, il y a toujours Gibert au coin, oui... tiens, Gibert, encore une enseigne omniprésente dans le quartier...
Quant aux chats noirs, pourquoi ne seraient-ils pas doux et délicieux comme tous leurs congénères ? ;-)
V
Le quartier latin est l'endroit que je préfère et j'y traîne souvent mes guêtres. Le beau temps me redonne envie des longues marches dans Paris. Je n'avais jamais vu le nom de cette rue, je serai plus attentive la prochaine fois que je passerai dans le coin :-)
Répondre
M
Attention à ne pas la rater, il suffit d'être distrait par un bonimenteur trop zélé et hop, ratée, la rue du Chat qui pêche ;-)
A
L'Harmattan y est toujours, en effet, des deux côtés de la rue, et puis des annexes derrière le panthéon, et puis près de l'école polytechnique... j'adore les jeux de piste... :-)

D'ailleurs, le quartier latin adore ça aussi... Je pense notamment aux magasins du Vieux campeur, qui a littéralement phagocyté toutes les rues entre le collège de France et le boulevard Saint-Germain... :-))

Répondre
M
Oui, L'Harmattan, il y en a plusieurs, et quand tu parles de jeu de piste, c'est encore vrai à l'intérieur ;-)
Quant au Vieux Campeur, je crois que je les ai tous fait, que ce soit le magasin de cartes, de chaussettes ou de rollers, sans parler de ceux où je ne suis rentré que pour demander dans lequel je pouvais trouver tel ou tel article... là, ce n'est plus un jeu de piste, c'est une enquête policière ! ;-)
C
Ben mince, il est passé où mon avatar ???
Répondre
M
Il a disparu ?
En voilà un autre ;-)
 
C
Chat noir ?
Vous avez dit chat noir ? ;-)

Répondre
M
Oui oui, j'ai dit Chat noir. Dès qu'il y a une légende impliquant un chat, il est noir ;-)
A
La rue de la Huchette vaut quand même pour une chose : si jamais vous voulez aller voir la Leçon, de Ionesco, ça fait vingt ans qu'elle se joue... Lorsque j'y étais allée, c'était un 10 juin 1998... et en sortant, je me suis pris un arc-en-ciel de couleurs dans la tête : c'était le jour d'ouverture de la coupe du monde de football, et les supporters brésiliens et écossais faisaient la fête tous ensembles...

Un bon souvenir...

Au fait, t'as oublié le Grand Action rue des Ecoles... (tiens ! pas de saint !), y'a régulièrement des rétrospectives géniales... :-)
Répondre
M
Oui, bien sûr, La leçon...
Dans le temps, il y avait le Styx, qui comme son nom le laisse supposer, ne proposait que des films d'horreur. On y était assis dans des cercueils. Jamais osé rentrer là-dedans, moi ;-)
Sinon, l'Action Ecoles, j'y suis allé plus d'une fois, c'est sûr, mais mon article n'avait pas vocation à être exhaustif. Y avait l'Harmattan, à côté (y a toujours je crois), j'aimais bien cette librairie ;-)